Personnes handicapées

Personnes handicapées

Nous ne disposons pas de chiffres exacts nous permettant d’établir combien de personnes itinérantes sont également handicapées, mais notre expérience et des renseignements ponctuels indiquent que ce chiffre est assez élevé. La mortalité et la morbidité sont plus élevées chez les personnes itinérantes que chez les personnes logées, tout comme les problèmes de dépendance et de santé mentale.

Au Canada, un certain nombre de services, de prestations sociales et de subventions/remises d’impôts sont conçus pour soutenir les personnes handicapées, mais le manque de possibilités d’emploi engendre souvent des niveaux de pauvreté plus élevés chez cette population, ce qui peut aboutir à l’itinérance, lorsque les fonds disponibles ne suffisent pas pour payer un logement.

Le fait de s’assurer que les abris et les services de lutte contre l’itinérance répondent aux besoins des personnes handicapées va au-delà de l’adaptation à leurs besoins physiques. Les services doivent tenir compte des besoins uniques des personnes sourdes ou aveugles, qui ont des troubles de l’apprentissage ou des troubles cognitifs (ce qui comprend les traumatismes crâniens et les troubles causés par l’alcoolisation fœtale), les personnes souffrant de dépendance ou de troubles de santé mentale.

Ces mesures d’adaptation doivent comprendre la modification de la façon dont les services fonctionnent, ne pas demander à une personne ayant des problèmes de santé de quitter l’abri pendant la journée par exemple. Elles comprennent également le fait de s’assurer que tous les documents soient disponibles en Braille ou en gros caractères, que des interprètes en ASL soient disponibles (sur appel) et que le personnel reçoit une formation en matière de mesures d’adaptation pour les personnes handicapées.