Programmes de schizophrénie

Programmes de schizophrénie

Les programmes pour les personnes atteintes de schizophrénie fournissent une aide à toutes les étapes de la maladie. Les services comprennent la prévention, le traitement des premiers épisodes de psychose, des programmes d’évaluation, la réhabilitation et les soins pour les personnes aux troubles mentaux atteintes gravement et de façon persistante. Selon la gravité de leurs symptômes, les schizophrènes peuvent être traités en tant que patients externes ou ils peuvent être hospitalisés. À l’heure actuelle, cette maladie est principalement traitée avec une combinaison de médicaments et d’interventions psychosociales.

Les plus grands progrès faits dans le domaine pharmaceutique pour traiter la schizophrénie sont les médicaments neuroleptiques et antipsychotiques. Grâce à ces médicaments, bon nombre de malades ne doivent plus être hospitalisés des années durant. La plupart peuvent vivre au sein de la collectivité et ne doivent être hospitalisés qu’en cas de rechute. Il existe une grande variété de médicaments antipsychotiques, ces derniers étant la classe principale de médicaments utilisés pour traiter la schizophrénie. Mais il existe aussi d’autres types de médicaments qui peuvent être prescrits pour traiter des symptômes particuliers, tels la dépression, l’anxiété ou des problèmes d’insomnie. Ces médicaments ne conviennent pas à tout le monde et peuvent avoir des effets secondaires extrêmes.

Voici les raisons principales pour lesquelles les patients arrêtent de prendre leurs médicaments : ils ne comprennent pas leur importance; ils commencent à se sentir mieux et supposent qu’ils n’en ont plus besoin; le médicament ne fonctionne pas et il n’y a donc pas d’avantage à le prendre; ou ils sont accablés par des effets secondaires non voulus. Les effets secondaires peuvent causer différents niveaux d’inconfort et de douleur, et varient considérablement d’une personne à l’autre. Les effets secondaires à court terme apparaissent relativement peu après avoir commencé à prendre le médicament, et d’habitude, disparaissent après quelques jours. Dans le cas contraire, d’autres médicaments peuvent être prescrits.

Les effets secondaires persistants ne disparaissent pas lorsqu’on arrête de prendre le médicament. L’effet secondaire le plus commun étant la dyskinésie tardive (DT), dont les symptômes sont des mouvements musculaires saccadés involontaires. La DT se manifeste plus souvent par des mouvements faciaux (par ex. bouche, langue et lèvres) mais peut aussi toucher les membres ou tout autre système musculaire. Un effet secondaire aigu qui peut entraîner la mort est le syndrome malin des neuroleptiques (SMN). Ce dernier peut se manifester lorsque le patient prend un antipsychotique, et tout particulièrement au début du traitement lorsqu’on augmente rapidement la posologie ou lorsque le médicament est pris parallèlement avec d’autres médicaments. La rigidité, l’hyperthermie, le délire et l’instabilité autonomique sont des symptômes du syndrome malin de neuroleptiques. Si ces symptômes apparaissent, il faut hospitaliser le malade afin de commencer un traitement de soutien et établir un programme de thérapie.

On utilise également les interventions psychosociales pour aider les personnes touchées de schizophrénie. Pour bien faire, on a recours à une variété d’approches, telles la gestion de cas, le counselling, les centres communautaires ou centres clubhouse et les programmes de logement avec soutien intégré ou du soutien extérieur flexible. Les responsables de cas sont des cliniciens qui acheminent les personnes vers les agences et les services, qui communiquent avec les familles et autres prestataires de soins, et qui surveillent le progrès et la satisfaction des personnes. Leurs tâches peuvent comprendre de l’aide pour trouver un logement ou un emploi, de l’aide sociale, pédagogique ou financière, ou de l’intervention en cas de crise, selon les besoins de la personne à n’importe quel moment. En plus de s’acquitter de la coordination de ces services, les responsables de cas peuvent aussi jouer le rôle de conseillers et de thérapeutes et faire le lien avec les services médicaux afin d’aborder les problèmes de médicaments et autres besoins médicaux.