Faits saillants de la judiciarisation des personnes itinérantes dans le métro

Faits saillants de la judiciarisation des personnes itinérantes dans le métro

La question de la judiciarisation des personnes itinérantes dans le métro s’inscrit dans la compréhension des pratiques de contrôle social exercées par les agents du métro. Ces pratiques ont été dénombrées et analysées à partir de deux recherches consécutives visant le recensement des constats d’infractions émis auprès des personnes itinérantes. La première étude portait ainsi sur 22 685 constats émis entre le 1er avril 1994 et le 31 mars 2003 auprès de 4036 personnes, la seconde portait sur 15 090 constats émis entre le 1er avril 2003 et le 31 mars 2006, représentant 2704 personnes2.Ces dénombrements ont été réalisés par une extraction de la banque de données de la Cour municipale de Montréal de l’ensemble des constats d’infraction qui avait une des 16 adresses civiques d’organismes oeuvrant auprès des populations itinérantes de Montréal. Il ne s’agit donc que de la pointe de l’iceberg de la judiciarisation. Par ailleurs, l’analyse présentée ici vise à mieux saisir les pratiques de judiciarisation dans le métro, l’utilisation des autres données ne vise qu’à établir une base comparative.
Les faits saillants sont :

  1.  un fort accroissement de la judiciarisation
  2. une accélération de la surjudiciarisation
  3. une pénalisation de la présence dans le métro
  4. un ciblage de catégories de populations itinérantes ou des périodes de judiciarisation
  5. un coût à la judiciarisation
ORGANISATION: Université de Montréal
DATE DE PUBLICATION: 2007
EMPLACEMENT: Montreal, QC, Canada