node/40032
Objectif en vue: Le Budget fédéral alternatif 2018
Le Contexte  Tous les ordres de gouvernement au Canada, ainsi que le secteur sans but lucratif, doivent jouer un rôle actif dans la création de logements abordables. La coordination est fondamentale pour plusieurs raisons.  Tout d’abord, les ménages à faible revenu, et en particulier ceux qui comptent sur l’aide sociale, n’ont tout simplement pas les moyens de payer le loyer mensuel de la plupart des logements du marché privé. Une subvention gouvernementale est donc vitale. Deuxièmement, les villes canadiennes, et en particulier les zones à forte croissance, ne peuvent compter sur les promoteurs privés pour créer les appartements abordables dont les travailleurs à faible revenu ont besoin.  Un troisième facteur justifie la coordination : la propriété sans but lucratif d’un parc de logements abordables garde les loyers à un niveau abordable à long terme et crée ainsi des éléments d’actif publics. Enfin, dans le cas des sous-groupes vulnérables (par exemple, les personnes qui ont des problèmes de santé mentale, celles qui vivent avec le VIH/SIDA et les personnes âgées frêles), les entités sans but lucratif réussissent efficacement à créer des bâtiments qui peuvent favoriser le développement communautaire.  À compter des années 1960, le gouvernement fédéral est intervenu très activement afin de créer des logements pour les ménages à faible revenu et à revenu moyen, souvent en partageant les coûts d’aménagement avec les gouvernements provinciaux et territoriaux2. En retour, les locataires devaient payer des loyers à leur portée, habituellement de l’ordre de 30 % de leur revenu mensuel brut.  Ce régime a permis de créer jusqu’à 25 000 nouveaux logements subventionnés par année au Canada. Les ménages à faible revenu qui cherchaient un logement subventionné l’ont obtenu plus rapidement que ce ne serait le cas aujourd’hui et très peu de personnes sont demeurées dans des refuges d’urgence ou dans la rue par rapport à ce qui se passe aujourd’hui3. Les listes d’attente pour les logements subventionnés s’allongent et beaucoup de personnes deviennent sans-abri pendant qu’elles attendent.  Le gouvernement fédéral a cessé de subventionner de nouveaux logements sociaux au début des années 1990 (à l’exception des logements des réserves). Le gouvernement a recommencé graduellement à intervenir de nouveau dans le domaine du logement, pour ainsi dire, après 2001. Il se construit toutefois moins de logements par année aujourd’hui qu’au cours des années 1970 et 1980, et ces logements ont tendance à être modestement abordables seulement (voir la figure 11).  Le budget fédéral de 2017 a été le plus important du Canada en matière de logement depuis 1993. Le gouvernement proposait d’investir 11,2 milliards de dollars en 11 ans, y compris 2,1 milliards pour étendre et prolonger le financement affecté à la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) audelà de 2018-2019 (voir la figure 12). Le budget a aussi annoncé que l’initiative Investir dans le logement abordable (ILA) qui devait se terminer à la fin de 2018-2019 serait remplacée par un nouveau cadre.  La Stratégie nationale sur le logement (SNL) dévoilée récemment, celle qui a passé à l’histoire en adoptant le droit au logement, comprend des plans portant sur la création d’une Allocation canadienne pour le logement visant à aider les ménages à faible revenu à payer leur loyer. Cette allocation n’entrera toutefois pas en vigueur avant 2020 et le bénéficiaire moyen recevra à peine 200 $ par mois. On s’attend à ce que les provinces et les territoires partagent le coût de cette nouvelle prestation fédérale.  La stratégie fédérale sur le logement prévoit aussi la création d’un nouveau Fonds national de coinvestissement pour le logement qui, en 10 ans, permettra de créer jusqu’à 60 000 logements neufs et de réparer jusqu’à 240 000 logements existants. Il s’agit d’un programme fédéral unilatéral même si l’on aura peut-être besoin de l’aide des gouvernements provinciaux et territoriaux.  De plus, la stratégie du gouvernement comprend une nouvelle Initiative sur le logement communautaire du Canada qui visera avant tout à préserver les logements sociaux existants. Les provinces et les territoires devront apporter des contributions équivalentes. Les quelque 500 000 logements sociaux du Canada — ceux qui sont administrés par des régies provinciales ou territoriales et qui bénéficient de subventions pour le loyer proportionné sur le revenu (LPR) — seront admissibles. Le fonds aidera à payer les réparations, à garder les loyers à un niveau abordable et à fournir de l’aide hypothécaire aux exploitants.  Lorsque l’on commencera à distribuer le financement prévu par cette initiative, on relèvera pendant 10 ans le défi posé par la fin des ententes d’exploitation, à condition que les provinces et les territoires consentent à prendre en charge des coûts correspondants. L’Initiative fédérale sur le logement communautaire fera essentiellement la même chose pour les logements sociaux administrés par le fédéral, y compris les logements coopératifs, et il en coûtera 500 millions de dollars au gouvernement fédéral en 10 ans.  Il importe de signaler que l’objectif de la Stratégie nationale sur le logement — soit la construction de quelque 6 000 logements neufs par année au cours des dix prochaines années — représente le tiers seulement du volume total des logements neufs construits par le Canada au cours des années 1970 et 1980, sans oublier que la population du Canada a augmenté depuis. 
02/27/2018 - 10:38
node/39989
VOICI Logement d'Abord pour les Jeunes: Un guide de modèle de programme
Vers un cadre révisé Au cours des dernières années, les décideurs politiques et les prestataires de services ont exprimé leurs inquiétudes sur la façon dont Logement d’abord pouvait être utilisé pour la population des jeunes sans-abri, et s’il pouvait l’être. Comme réponse, Un endroit sûr et décent où vivre a été créé pour fournir un cadre fonctionnel de Logement d’abord pour les jeunes (HF4Y). Il est important de souligner que la création de ce cadre a été le résultat d’une collaboration entre l’Observatoire canadien sur l’itinérance (antérieurement le Réseau canadien de recherches sur l’itinérance) et deux organismes travaillant avec les jeunes sans-abri : le Street Youth Planning Collaborative (Hamilton) et la Communauté nationale d’apprentissage sur l’itinérance chez les jeunes. De plus, les jeunes sans-abri ont joué un rôle important dans ce processus et ont apporté une contribution nécessaire et précieuse. Beaucoup de changements se sont produits en peu de temps. Depuis la parution du rapport, des collectivités au Canada et d’ailleurs au monde (y compris les É.-U. et plusieurs pays européens) ont commencé à mettre en place des programmes HF4Y conformes à ce cadre. L’inconvénient de cet intérêt accru pour HF4Y est que dans de nombreux contextes, les gens utilisent le terme «HF4Y» sans en observer le cadre, soit en appliquant l’approche globale Logement d’abord sans l’adapter aux besoins des jeunes, soit en s’occupant d’un nombre irréaliste de cas trop élevé et dans des délais trop stricts.  Le développement continu de notre compréhension des exemples naissants de HF4Y, combiné à un besoin de clarifier la façon dont cela doit être réellement mis en oeuvre sur le terrain, a conduit à une prise en considération du besoin de se servir du cadre pour créer un guide de modèle de programme HF4Y plus complet. Pour progresser, nous nous sommes engagés dans un processus de consultation étendu au Canada (mené par Vers un chez-soi et en consultation avec la Communauté nationale d’apprentissage sur l’itinérance chez les jeunes), aux É.-U. (avec l’aide du National Network for Youth, le United States Interagency Council on Homelessness, le U.S. Department of Health and Human Services ainsi qu’un grand nombre de communautés) et en Europe, avec FEANTSA et FEANTSA Youth, Focus Ireland, Rock Trust (Écosse) et d’autres). Nous avons aussi consulté des experts tels que le Dr Sam Tsemberis et Wally Czech, ainsi que ceux qui ont appliqué le cadre HF4Y sur le terrain, pour obtenir leur opinion. Les perspectives et l’expertise considérables de ces individus et organismes ont contribué à l’amélioration d’un modèle HF4Y efficace et réalisable, tel que décrit dans ce nouveau guide de modèle de programme. Quoi de neuf? Le nouveau guide de modèle de programme de HF4Y comprend :  des principes de base réviséset perfectionnés une discussion élargie de HF4Y en tant que programme par opposition àune philosophie une discussion plus approfondie sur les modèles d’hébergement et de soutien des nouvelles sections sur : la prestation de services, décrivant comment le programme devrait fonctionner sur le terrain les données les études de cas L’objectif de Un endroit sûr et décent où vivre et du guide de modèle de programme VOICI Logement d’abord pour les jeunes à venir est d’offrir une direction pour les collectivités, les décideurs et les praticiens qui désirent aborder les besoins des adolescents et des jeunes adultes en développement grâce à l’application de HF4Y. Media Folder: Media Root
01/16/2018 - 15:42
node/39801
Définition de l’itinérance chez les Autochtones au Canada
L’itinérance chez les Autochtones est une condition humaine décrivant le manque de logement stable, permanent et adéquat des individus, familles ou communautés des Premières nations, des Métis et des Inuits, ou le manque de possibilité immédiate, de moyens ou de la capacité d’acquérir un tel logement. À la différence de la définition colonialiste commune de l’itinérance, l’itinérance chez les Autochtones ne se définit pas par un manque de structures ou de logement, mais se décrit plutôt et se comprend pleinement à travers une lentille composite de visions du monde autochtone. Celles-ci incluent des individus, des familles et des communautés séparés de leurs relations avec la terre, l’eau, leur région, la famille, leurs semblables, les autres, les animaux, les cultures, les langues et les identités. Qui plus est, les Autochtones vivant ces types d’itinérance ne peuvent pas se reconnecter culturellement, spirituellement, émotionnellement ou physiquement avec leur identité autochtone ou leurs relations perdues (Aboriginal Standing Committee on Housing and Homelessness, 2012). Blogue : Reframing the Discussion: An Indigenous Definition of Homelessness En anglais seulementpar Jesse Thistle
10/25/2017 - 12:49
node/39587
Trousse d’outils du dénombrement ponctuel
La présente trousse d’outils est conçue pour aider les collectivités à planifier et à mettre en oeuvre des dénombrements ponctuels fiables au Canada. Son contenu est conforme aux exigences relatives au dénombrement coordonné de 2018, comme exposé dans la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) du gouvernement du Canada. La trousse sert de complément au document intitulé Tout le monde compte : Un guide sur les dénombrements ponctuels au Canada (deuxième édition), qui expose en détail les normes et les exigences de base touchant le dénombrement coordonné, qui sont établies dans la SPLI. Il y a de nombreux renvois à ces normes dans la trousse. Si vous participez au dénombrement coordonné, nous vous recommandons de lire le Guide sur les dénombrements ponctuels avant de parcourir la trousse d’outils. De même, les collectivités de l’Ontario devraient consulter au préalable les Lignes directrices pour le recensement des personnes sans logement par les gestionnaires de services. Espace de travail communautaire sur l’itinérance L’Espace de travail communautaire sur l’itinérance est une plateforme en ligne gratuite à l’intention des représentants communautaires, des fournisseurs de services et d’autres personnes et entités qui travaillent dans le domaine de l’itinérance, pour favoriser la collaboration, l’échange de renseignements et la mise en commun de ressources. Si vous devez planifier et mettre en oeuvre un dénombrement, nous vous recommandons fortement de vous inscrire à l’Espace de travail. Cela vous permettra de poser des questions, de partager le savoir acquis et de mettre en commun des ressources avec d’autres collectivités et les spécialistes de la SPLI et de l’Observatoire canadien sur l’itinérance (OCI). La trousse renferme des liens vers des ressources complémentaires. Accédez à l’Espace de travail communautaire sur l’itinérance pour télécharger sans frais des outils et des modèles qui vous aideront à planifier et à mettre en oeuvre votre dénombrement. Répertoire des ressources La trousse comporte aussi des liens vers les ressources et outils disponibles en mai 2017. À mesure que de nouvelles ressources sont élaborées et offertes par l’OCI, le personnel de la SPLI et les collectivités participantes, nous mettrons à jour le répertoire des ressources pour les dénombrements ponctuels consultable sur l’Espace de travail. Des liens vers les ressources en français sont fournis lorsqu'elles sont disponibles. Le financement a été obtenu dans le cadre de la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance du gouvernement du Canada. Les opinions exprimées et les interprétations présentées dans cette publication sont celles de l’auteur et ne reflètent pas forcément celles du gouvernement du Canada.
08/21/2017 - 10:11
node/39582
La mobilisation des connaissances en tant que conception : L’Observatoire canadien sur l’itinérance - Le Rond-point de l'itinérance la série des rapports
Un des plus grands défis que pose l’élaboration de solutions à l’itinérance est que la recherche n’a pas toujours un gros impact sur les politiques et les pratiques. Les moyens de publication typiques de la recherche académique en rendent la compréhension plus difficile. Souvent, la recherche est présentée de telle sorte qu’elle est difficile à utiliser par les décideurs et les intervenants. Les documents universitaires et les rapports sont habituellement publiés par des revues académiques. Le but du processus d’examen par les pairs est de maintenir une norme intellectuelle élevée. La recherche est écrite et présentée dans les revues académiques de façon à plaire aux universitaires. Le fait que la plupart de la presse universitaire soit la propriété de grandes compagnies de communications a entraîné une augmentation des coûts pour les abonnés des universités. De surcroît, des lois strictes sur les droits d’auteur compliquent l’accès aux articles par les lecteurs moyens. Les revues savantes ne sont probablement pas la meilleure façon pour les chercheurs de faire parvenir les résultats de leurs recherches aux responsables politiques et aux membres des communautés. Ceux qui désirent que leur recherche ait un impact ont besoin de reconsidérer comment la recherche est écrite, présentée et diffusée. Les approches traditionnelles ne permettent pas à la recherche d’atteindre un plus grand public. Le OCI a réussi à la fois à consulter et collaborer avec les intervenants clés. Cette pratique change les processus de recherche, d’écriture et de publication. Le OCI utilise une approche à la publication qui élimine le besoin de dépendre des revues savantes appartenant aux corporations pour publier ses articles. Cela signifie mettre en rapport les chercheurs, les graphistes et les experts en technologie pour qu’ils créent de nouvelles façons de présenter, publier et mettre les articles sur le marché.
08/16/2017 - 10:41
node/39340
Les Droits des Jeunes n'attendront pas Demain ! Mettre fin à la privation de logement chez les jeunes : Un guide de droits humains
La privation de logement parmi les jeunes est une problématique universelle alarmante qui requiert d'urgence de l'attention. Un groupe d'organisations canadiennes et européennes a développé Les Droits des Jeunes n'attendront pas Demain ! Mettre fin à la privation de logement chez les jeunes : Un guide de droits humains, afin de poser les bases des stratégies de lutte contre le sans-abrisme parmi les jeunes, appuyées sur les droits humains internationaux. Le guide, développé à partir de recherches, de consultations, de contributions de jeunes et de l'expertise de la Rapporteur Spéciale des Nations Unies au Logement Décent, Leilani Farha, affirme que tous les jeunes ont un droit fondé et fondamental à être libérés de la privation de logement et à avoir accès à un logement décent. Le guide amène les droits humains au premier plan de la prise de décision, et vise à contribuer à l'identification des causes systémiques du sans-abrisme et de ses solutions en matière de droits humains. Il détaille les étapes que les décideurs politiques, les travailleurs sociaux, les chercheurs et les autres personnes impliquées peuvent mettre en oeuvre pour s'inscrire dans une approche basée sur les droits humains. Le guide est maintenant disponible pour le contexte européen et dans 7 langues supplémentaires ! 7 Langues Supplémentaires: Catalan Néerlandais Français Allemand Roumain Espagnol Serbe
06/07/2017 - 17:30
node/39320
Dixième bulletin sur l’itinérance dans le Grand Moncton, 2017
En 2016, les refuges de Moncton ont connu une baisse générale de leur clientèle, 759 clients séjournant dans un refuge, soit une baisse de 7 %. C’est une bonne nouvelle pour la région, mais même si le réseau de refuges de Moncton compte moins d’utilisateurs, les séjours sont plus longs. La durée moyenne de séjour par admission a augmenté à 6,07 jours en 2016 par rapport à 5,55 jours en 2015. Quand on examine le nombre de jours par client, on remarque une moyenne de 17,18 jours/année en 2016 par rapport à 14,76 jours en 2015. De plus, les personnes accédant aux refuges y reviennent plus souvent; 5,8 % des personnes ont eu recours à un refuge 10 fois ou plus en 2016, comparativement à 4,16 % en 2015. Environ 25 % des clients de chacun des deux refuges utilisent les deux refuges. Ces chiffres démontrent la nécessité de continuer d’augmenter les options en matière de logement avec services de soutien pour les personnes qui pourraient avoir de la difficulté à conserver leur logement par eux-mêmes et la difficulté accrue en général à trouver un logement sûr, stable et abordable. On remarque également une légère augmentation (4,63 %) des personnes sorties d’un établissement de santé (hôpital, désintoxication, traitement psychiatrique) ou d’un établissement correctionnel qui se retrouvent immédiatement dans un refuge, ce qui démontre les lacunes de l’ensemble de notre système de soins et de coordination dans l’ensemble du système plus vaste de soutien.
05/30/2017 - 15:26
node/39297
Une intervention novatrice auprès des femmes en état d’itinérance : l’approche relationnelle de La rue des Femmes
Actuellement, des femmes qui ont vécu de graves traumatismes causés par la violence, l’abus, le rejet depuis leur plus tendre enfance, sont à risque important de se retrouver à l’âge adulte en « état » d’itinérance (ce terme est ici employé selon l’entendement de La rue des Femmes (LRDF, ci-après) afin de circonscrire un état subjectif de la femme itinérante, plutôt que de mettre l’accent sur la problématique perçue de l’extérieur, telle l’absence de domicile fixe). L’itinérance rend ces femmes particulièrement vulnérables, dès lors qu’elles exacerbent ainsi le risque de se retrouver de nouveau dans des situations d’abus, de victimisation, de provoquer ou d’exacerber des troubles de santé mentale et de toxicomanie (Gaetz, Donaldson, Richter et Gulliver, 2013a). Dans la compréhension qu’a LRDF de la problématique de ces femmes, ces traumatismes atteignent leur « santé relationnelle », au sens où ils sont extrêmement destructeurs de leur capacité d’être en lien avec elles-mêmes et avec les autres, avec des impacts importants sur leur santé physique et mentale. Si la dimension relationnelle de l’itinérance a déjà été reconnue comme prédominante par certains travaux – notamment par un rapport du Conseil du statut de la femme (CSF, 2012), par notre groupe de recherche, le GRIJA  (Poirier, Lussier et al., 1999), et par les travaux menés sur l’attachement dans la perspective d’une continuité entre la maltraitance à l’enfance et les failles de l’inscription sociale à l’âge adulte au sortir des centres jeunesse (ACJQ, 2008) –, cette dimension est rarement ciblée en priorité par l’intervention. Du reste, LRDF s’appuie sur ce concept de santé relationnelle pour intervenir durablement sur la problématique de l’itinérance au féminin. La présente recherche a pour objet l’approche d’intervention spécifique de LRDF, axée sur la dimension relationnelle de la problématique de l’itinérance au féminin. Au fil des 22 ans d’existence de l’organisme, la confrontation à une clientèle aux multiples problématiques (pauvreté, problèmes de santé mentale, victimisation et violence, toxicomanie, prostitution, historique de maltraitance et de placements, etc.) a amené la direction et l’équipe d’intervention à développer des pratiques et des outils d’intervention originaux, au cœur desquels se situe le lien. En effet, le lien social, ébranlé à répétition dans la vie de ces femmes, est aujourd’hui inhérent à toutes les interventions proposées à LRDF. Cette approche singulière serait efficace, non seulement à court terme, mais également à long terme, afin de sortir durablement les femmes de leur état d’itinérance. Mais qu’en est-il exactement des facteurs agissant au sein de cette approche? Peut-on y voir un mode d’intervention novateur, transposable à d’autres organismes? Ce rapport vise à décrire l’intervention proposée par LRDF à la population itinérante féminine de Montréal et de comprendre la spécificité de cette intervention – notamment la place et le rôle de la dimension relationnelle dans cette intervention.
05/25/2017 - 15:38
node/39296
Une nouvelle direction: un cadre pour la prévention de l'itinérance
La prévention a du sens. Pour prévenir les maladies, nous administrons un vaccin. Pour prévenir les décès causés par les accidents de la route, nous installons des ceintures de sécurité. Bien que nous reconnaissions intuitivement que la prévention de l’itinérance soit une bonne idée, très peu a été accompli au Canada pour que cela se passe à l’échelle nationale. L’objectif d’Une nouvelle direction : un cadre pour la prévention de l’itinérance est d’établir le langage et la clarté qui entameront cette conversation. Depuis l’apparition de l’itinérance de masse au milieu des années 80, nous avons amplement utilisé les services d’urgence pour répondre aux besoins immédiats des gens. Nous aurons toujours besoin des services d’urgence pour aider ceux qui traversent une crise, mais avec le temps, ces réponses à court terme sont devenues la méthode normalisée pour gérer l’itinérance à long terme. Au cours de la dernière décennie, les politiques et pratiques canadiennes ont commencé à muter de la gestion de l’itinérance à la recherche de solutions, en particulier grâce à l’expansion de l’approche Logement d’abord à travers le pays. Le modèle Logement d’abord apporte des logements et du soutien aux personnes vivant l’itinérance chronique et ce, sans exigences de préparation au logement. De nouvelles recherches, l’innovation et les meilleures pratiques ont alimenté notre façon de penser pour faire de l’élimination de l’itinérance un objectif réaliste; cependant, il nous manque toujours un élément important, empêcher l’itinérance de se produire dès le départ. Pourquoi devons nous attendre que les gens s’enlisent dans l’itinérance pour leur offrir de l’aide? Dans Une nouvelle direction : un cadre pour la prévention de l’itinérance, nous dévoilons ce qu’il faut effectuer pour enrayer l’itinérance avant qu’elle ne se manifeste et pour éviter ses effets souvent traumatisants. Le but de ce cadre est d’entamer une conversation à l’échelle nationale sur la définition de la prévention, et sur ce que cela prendra pour s’orienter vers une prévention de l’itinérance. À l’aide d’exemples internationaux, la structure opérationnalise les pratiques et les politiques nécessaires pour prévenir avec succès l’itinérance et identifie les responsables. Par dessus tout, elle place la prévention au sein d’une approche de défense des droits de la personne. Il faut prioriser dès maintenant la prévention de l’itinérance. 
05/25/2017 - 12:57
node/39093
Le Budget fédéral alternatif 2017 : Logement et quartiers
Le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) exhorte le gouvernement fédéral à déposer un budget qui respecte ses promesses de réduire les inégalités des revenus et stimule la croissance inclusive. Il est vital à plusieurs égards que le gouvernement fédéral joue un rôle de premier plan au chapitre de la création de logements abordables. Tout d’abord, les ménages à faible revenu (particulièrement ceux qui dépendent de l’aide sociale) ne peuvent tout simplement pas payer le loyer mensuel exigé pour la plupart des catégories de logement sur le marché privé. Ensuite, les zones urbaines à forte croissance (surtout les nouvelles banlieues) ne peuvent se fier aux promoteurs du secteur privé pour créer les logements dont ont besoin les travailleurs (dont les collectivités ont besoin à leur tour, notamment dans le secteur des services). Enfin, il est important que des organismes à but non lucratif possèdent et exploitent des logements, car ceux-ci peuvent maintenir des loyers bas à long terme et constituer des biens publics par le fait même. En dernier lieu, lorsqu’il est question de souspopulations vulnérables (y compris les personnes souffrant de maladies de santé mentale, celles qui vivent avec le VIH/SIDA et les personnes âgées), les organismes sans but lucratif réussissent à créer des immeubles qui peuvent favoriser l’éclosion de collectivités.
04/05/2017 - 09:59
node/38842
Le post-hébergement: un accompagnement pour favoriser la transition vers un nouveau milieu de vie
Le rapport est le fruit d’une dernière enquête réalisée fin 2015/début 2016 auprès des services du secteur sans-abri afin d’étayer davantage la pratique, mais aussi de mettre en lumière une mission accomplie parfois depuis plus de 20 ans par des travailleurs sociaux, convaincus que la transition vers l’autonomie, après une période d’hébergement, nécessite un accompagnement concerté avec la famille en difficulté.
01/20/2017 - 10:30
node/38841
Etre accompagnateur Housing First
‘Housing First’ est une manière innovante pour lutter contre le sans-abrisme. Le logement est la première étape dans l'insertion sociale des personnes sans-abri les plus fragiles. La Fondation Roi Baudouin soutient le Réseau Housing First. Ce réseau réunit une quarantaine d’accompagnateurs des initiatives Housing First en Belgique. Trois fois par an, ils se réunissent pour partager leurs expériences.
01/20/2017 - 10:22
node/38840
Femmes et Enfants en Errance, le Sans-abrisme au Féminin: Recherche-action sur le parcours des femmes avec enfants au sein de trois structures d’accueil en Wallonie et à Bruxelles
Mieux (faire) connaître la problématique des femmes sans-abri et de leurs enfants; suggérer des recommandations politiques en réponse à leurs besoins spécifiques ; mais aussi donner la parole à ce public extrêmement fragilisé, lui donner une existence, faire écho à des témoignages souvent poignants: tels étaient les trois grands objectifs de cette recherche-action.
01/20/2017 - 10:18
node/38536
L’état de l’itinérance au Canada 2016
L’itinérance de masse au Canada est apparue dans les années 1980, à la suite d’un désinvestissement massif dans les logements abordables, de changements structurels de l’économie et d’une réduction des dépenses dans le soutien social. Depuis, les intervenants de partout au pays ont testé et analysé des solutions pour lutter contre ce problème. Ces réponses, qui sont surtout fondées sur la prestation de services d’urgence, ont empêché tout progrès significatif. Heureusement, de nombreux signes montrent que nous entrons dans une nouvelle phase – une phase qui nous permettra de mettre fin à l’itinérance au Canada.Cette nouvelle étape est marquée par les résultats prometteurs du modèle Logement d’abord d’un bout à l’autre du pays, des réductions importantes d’itinérance à Medicine Hat et à Hamilton, un intérêt et investissement fédéraux dans le logement et l’itinérance, et plus important encore, le retour d’uneStratégie nationale sur le logement – une conversation qui aurait dû avoir lieu il y a longtemps au Canada.Nous savons que l’élimination de l’itinérance au Canada requiert des partenariats à travers les secteurs publics, privés et à but non lucratif. Cela signifie qu’il faut travailler en amont pour mettre fin à l’itinérance et fournir des logements sécuritaires, adéquats et abordables avec soutiens aux personnes qui vivent l’itinérance. Grâce à l’appui de tous les ordres de gouvernement, à un engagement à fournir des logements en tant que droit de la personne, et à des solutions fondées sur les preuves, nous pouvons collectivement prévenir et mettre fin à l’itinérance.L’État de l’itinérance au Canada 2016 donne la voie à suivre pour réaliser des progrès. Le rapport comprend une série de recommandations pour la Stratégie nationale sur le logement rédigées par l’Observatoire canadien sur l’itinérance et l’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance.
10/20/2016 - 11:00
node/38261
L'importance de la famille : les jeunes sans-abri et le programme Family Reconnect de Eva's Initiative
Les jeunes deviennent des sans-abri essentiellement en raison des défis qu'ils rencontrent au sein de leur famille.  D'ailleurs, la façon dont nous répondons traditionnellement à l'itinérance chez les jeunes reflète cette réalité. Nous savons bien que les conflits familiaux – qu'ils soient liés à l'abus, la santé mentale, ou les problèmes d'accoutumance des jeunes eux-mêmes ou d'autres membres de la famille­ ­­­­­­­­­– poussent souvent les jeunes gens à la rue. ­Il est malheureusement vrai que pour de nombreux jeunes sans-abri, les relations avec les membres de la famille sont profondément endommagées et irréparables.  Ceci dit, nous comprenons que la reconnexion avec la famille n'est pas chose facile et qu'il y aura toujours des situations où la réconciliation familiale est impossible. Les solutions doivent rester engagées à la protection et au bien-être du jeune sans-abri ou à risque – cela est très important. Ce rapport fait le profil d'un programme unique – le programme Family Reconnect de Eva’s Initiatives – qui vise à combler cette lacune. Nous en explorons les traits principaux, y compris comment le programme fonctionne, quels en sont les principes sous-jacents et les résultats, afin de mieux comprendre de quelles façons le programme conduit à des changements positifs dans la vie des jeunes sans-abri. Notre but est de faire la lumière sur la façon dont ce programme peut être reproduit dans un nouveau contexte, ou être largement incorporé dans des réponses à l'itinérance chez les jeunes au niveau systémique. Nous maintenons qu'il faut reconsidérer et réformer la façon dont nous répondons à la l'itinérance chez les jeunes de manière à souligner l'importance de la prévention, et le rôle potentiel de la médiation et de la reconnexion familiales.
07/08/2016 - 13:12
node/38149
Exposé stratégique : Vers une stratégie de lutte contre l’itinérance chez les jeunes en Ontario
En octobre dernier, la province de l’Ontario a publié À chacun son chez soi, le rapport du Comité consultatif d’experts pour la prévention de l’itinérance, qui a souligné que l’itinérance chez les jeunes était une de quatre catégories qui devaient être priorisées par le gouvernement. Dans le présent exposé stratégique, nous applaudissons ces efforts et proposons des informations sur la façon dont l’Ontario peut devenir un chef de file dans le domaine de la lutte contre l’itinérance chez les jeunes en travaillant avec des partenaires communautaires d’une manière efficace et stratégique.
06/01/2016 - 11:11
node/38125
Définition canadienne de l’itinérance chez les jeunes
«L’itinérance chez les jeunes» renvoie à la situation et à l'expérience que connaissent des jeunes âgés entre 13 et 24 ans qui vivent indépendamment de leurs parents et/ou gardiens et qui n'ont pas les moyens ni la capacité d'acquérir une résidence stable, sécuritaire et permanente. L’itinérance chez les jeunes est un enjeu social complexe, car en tant que société, nous n'avons pas su fournir aux jeunes et à leurs familles les nécessités et les soutiens nécessaires qui leur permettraient d'aller de l'avant dans leurs vies d'une manière sécuritaire et planifiée. En plus d'éprouver des difficultés économiques et de devoir faire face à l'absence d'un logement sécuritaire, de nombreux jeunes sans abri ne possèdent pas d'expérience personnelle de vie indépendante tout en étant peut-être en proie à des changements développementaux considérables (sociaux, physiques, émotionnels et cognitifs). Par conséquent, ils n'auront peut être pas à leur disposition les ressources, la résilience, l'éducation, les soutiens sociaux et les compétences essentielles nécessaires pour favoriser une transition sûre et stimulante vers l'âge adulte et l'indépendance. Peu de jeunes choisissent de devenir des sans-abri et ne veulent pas qu'on les définisse par leur itinérance, et l'expérience d'itinérance est généralement négative et stressante. L’itinérance chez les jeunes est le déni des droits de l'homme fondamentaux , et lorsqu'elle est identifiée en tant que telle, il importe d'y remédier.  Tous les jeunes ont droit aux besoins essentiels de la vie, y compris à un logement adéquat, des aliments, la sécurité, une éducation et la justice.
05/31/2016 - 03:00
node/37992
Investissement Fédéral dans L'itinérance des Jeunes: Comparaison entre le Canada et les États-Unis et Une proposition de réinvestissement
Au cours des 16 dernières années, par l’intermédiaire de son Initiative nationale pour les sans-abri et la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance, le gouvernement du Canada a activement appuyé les collectivités d’un bout à l’autre du pays dans leur lutte contre l’itinérance. De nombreuses collectivités ont utilisé une partie de leur financement fédéral pour appuyer des programmes et des services axés sur les jeunes, mais cependant, il n’y a pas eu de concentration stratégique sur l’itinérance des jeunes depuis les premières années du programme. Dans le présent exposé stratégique, nous avançons que le gouvernement du Canada devrait saisir l’opportunité qui existe actuellement de travailler avec les partenaires communautaires afin d’aborder l’enjeu de l’itinérance d’une façon bien plus stratégique et efficace. On tend de plus en plus à reconnaître que l’itinérance des jeunes se distingue de l’itinérance des adultes en ce qui a trait à ses causes causes et ses conditions, et par conséquent ses solutions. On reconnaît également que nous devons agir différemment, que la gestion du problème par les services d’urgence ne suffit pas si le résultat est que les jeunes deviennent ancrés dans l’itinérance et ont des difficultés à en sortir. Quoi qu’il en soit, les soutiens d’urgence seront toujours nécessaires et importants, mais nous devons transférer notre énergie et notre attention d’une part sur la prévention de l’itinérance des jeunes et d’autre part sur les efforts visant à les aider à quitter l’itinérance aussi rapidement que possible et d’une façon sécuritaire et planifiée à l’aide des soutiens qui s’imposent.
04/19/2016 - 15:55
node/37853
L’itinérance à Montréal: Au-delà des chiffres
L’itinérance est un phénomène en croissance à Montréal, complexe et qui recouvre une grande diversité de situations, de profils de personnes et de parcours. Afin de témoigner de l’ampleur de cette réalité et de montrer que l’itinérance ne saurait être réduite à un chiffre, le RAPSIM a produit une nouvelle publication mettant de l’avant divers quartiers de Montréal touchés par le phénomène mais aussi plusieurs visages de l’itinérance. Au-delà du seul centre-ville, l’itinérance est en effet désormais une réalité bien présente dans de nombreux quartiers: Hochelaga, le Plateau Mont-Royal, le Sud-Ouest, Côte des Neiges, l’Ouest de l’Ile, ou encore Rosemont-Petite Patrie-Villeray. Cette publication du RAPSIM aborde donc les différentes réalités de l’itinérance par quartier afin de témoigner de ces situations, souvent méconnues et sous-estimées. La publication met également en lumière différents visages de l’itinérance mais aussi de façons de faire l’expérience de l’itinérance. Femmes, hommes, aînéEs, jeunes, personnes issues de l’immigration ou Autochtones, ayant recours aux refuges, mais aussi au couchsurfing, vivant dans des appartements insalubres et/ou surpeuplés, visibles et invisibles… Ce sont autant de situations que le RAPSIM vous invite à venir découvrir ou mieux connaître à l’occasion de ce lancement.
03/14/2016 - 16:15
node/37600
L’ampleur et la nature de l’itinérance chez les vétérans au Canada
En un coup d’œil Première étude d’envergure nationale portant sur l’itinérance chez les vétérans Utilise les données du Système d'information sur les personnes et les familles sans abri (SISA) collectées auprès de 60 refuges d’urgence à la grandeur du Canada entre le 1er janvier et le 31 décembre 2014 On estime que 2 250 vétérans ont recours à des refuges pour sans-abri chaque année au Canada Annuellement, environ 2,7 % des utilisateurs de refuges se sont identifiés comme des vétérans Le taux d’itinérance épisodique est plus élevé chez les sans-abri vétérans, comparativement aux non-vétérans En moyenne, les sans-abri vétérans sont plus âgés que les non-vétérans
01/27/2016 - 16:08
node/37569
Série sur les conditions de logement selon les données du Recensement de 2011 et de l'Enquête nationale auprès des ménages : numéro 6 – Ménages locataires subventionnés
À la demande de la SCHL, l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011 a permis de recueillir des données sur les ménages locataires subventionnés. Les logements subventionnés visent à réduire les coûts d’occupation d’une maison pour les personnes à revenu faible ou modeste.
01/14/2016 - 06:48
node/37560
Série sur le logement selon les données du Recensement de 2011 et de l'Enquête nationale auprès des ménages : numéro 3 – Qualité, taille et abordabilité du logement au Canada, 1991-2011
Ce Point en recherche examine les conditions de logement au Canada de 1991 à 2011. Au moyen de données nationales, provinciales et territoriales, ce rapport renseigne, d'une part, sur la proportion des ménages canadiens occupant un logement acceptable et, d'autre part, sur la proportion des ménages en situation de besoins impérieux parmi ceux qui occupent un logement inacceptable.
01/07/2016 - 07:30
node/37559
Mettre fin à l’itinérance à Montréal – Volet 1 : mettre fin à l’itinérance chronique
Nous présentons ici la démarche pour sortir quelque 2 000 femmes et hommes de l’itinérance chronique et cyclique en cinq ans. Les plans provinciaux ou municipaux proposés à ce jour ne ciblent pas spécifiquement cette population très vulnérable et grande utilisatrice des services d’urgence (ambulances, hôpitaux, police, cour municipale, refuges, etc.). Le Mouvement pour mettre fin à l’itinérance à Montréal (MMFIM), un réseau élargi de partenaires de la communauté montréalaise, a pour objectif de vaincre l’itinérance telle qu’on la connaît aujourd’hui. Pour atteindre cet objectif, le MMFIM propose une meilleure coordination des ressources disponibles, la cueillette d’informations pertinentes, l’application des meilleures pratiques dont l’accès aux logements abordables permanents et des services de soutien. Pour ce faire, le MMFIM propose de revoir l’approche palliative habituelle accordée à l’itinérance et de mettre en place des services plus curatifs, mais aussi préventifs. Cette approche puise dans les expériences des villes en Europe, au Canada et aux États-Unis. Le Mouvement s’intéresse aux modèles éprouvés qui permettent aux personnes non seulement de sortir de la rue, mais de mener une vie satisfaisante. Nous proposons d’outiller et de spécialiser un certain nombre d’organismes communautaires et de les associer étroitement au réseau de la santé. Nous estimons qu’à la fin des cinq premières années, 1 500 femmes et hommes seront encore logés, soutenus, intégrés dans leur communauté par le réseau communautaire spécialisé et 500 seront devenus autonomes et vivront avec l’aide, ou non, du système régulier.
01/07/2016 - 07:25
node/37485
Faisons-le! Mettons fin une fois pour toutes à la pauvreté des enfants. Rapport 2015 de Campagne 2000 sur la pauvreté des enfants et des familles au Canada
Les recommandations formulées dans ce rapport s'appuient sur la recherche, les preuves accumulées et sur les voix de personnes en situation de pauvreté afin d’optimiser le potentiel des engagements pris à ce jour par le gouvernement fédéral pour réduire la pauvreté des enfants et des familles. L'élimination de la pauvreté infantile requiert des investissements ciblés et soutenus, de la recherche rigoureuse et un engagement envers l'équité pour s'assurer que les enfants ont une chance égale à un avenir plus juste pour tous. Après des années d'attente, nous avons la possibilité d'éradiquer la pauvreté des enfants et des familles au Canada. Faisons-le correctement.
11/25/2015 - 15:53
node/37415
L'exclusion sociale et la santé : le développement des connaissances en sciences infirmières
Il a été proposé que le concept d'exclusion sociale soit considéré comme un important déterminant social de la santé. Cependant, le recours à ce concept dans la recherche en santé et en promotion de la santé en est encore à ses balbu tie ments. Dans le discours des sciences infirmières en particulier, l'étude et l'application du concept d'exclusion sociale sont toujours minimes. L'objectif du présent article est d'explorer la pertinence du concept d'exclusion sociale dans le développement du savoir en sciences infirmières. Les auteures y examinent les connaissances actuelles relatives à l'exclusion sociale et leur utilisation dans la recherche liée à la santé. L'article propose en conclusion une conceptualisation de l'exclusion sociale adaptée au développement des connaissances en sciences infirmières. 
11/10/2015 - 15:23
node/37255
Le lien d’abord: les pratiques de « post-hébergement » des Auberges du cœur
RÉSUMÉ: Les résultats de deux recherches portant sur les pratiques de « post-hébergement » des Auberges du cœur du Québec montrent en quoi elles sont une réponse adaptée aux jeunes en difficulté. Ces pratiques consistent en effet à accompagner des jeunes aux parcours instables, entourés d’incertitudes, après un ou plusieurs séjours en maison d’hébergement. Or, dans un contexte où la pérennité du financement de ces pratiques n’est pas garantie, d’importants risques de rupture et d’exclusion sociale existent pour les jeunes sans possibilité de poursuivre les interventions amorcées pendant ces séjours. Les auteurs de cet article tentent d’analyser les conditions de réussite de ces pratiques qui permettent à un nombre important de jeunes d’éviter les impasses, le retour en hébergement, voire, la chronicité des difficultés qu’ils rencontrent.
09/24/2015 - 09:20
node/37254
Le post-hébergement dans les Auberges du coeur: un prolongement des pratiques d'affiliation
Les jeunes qui séjournent dans une Auberge du coeur ont souvent besoin d'un suivi après leur séjour, que ce soit pour de l'écoute, du dépannage, du soutien, de l'accompagnement, mais aussi pour venir vivre des expériences positives (soupers, activités sportives ou culturelles, participation citoyenne), de l'entraide entre les jeunes, un engagement dans sa communauté (bénévolat, participation au conseil d'administration). Dans un très grand nombre d'Auberges, au cours des dernières années, se sont développées une variété de pratiques en post-hébergement qui ont un impact incontestablement positif sur la trajectoire des jeunes. Outre le suivi, l'accompagnement, les activités collectives, on remarque que le post-hébergement pourra se faire dans des formes variées de logement. Les Auberges du coeur ont développé plus 150 places dans des appartements supervisés, logements transitoire ou même logements sociaux subventionnés permanents. Selon la mesure de leurs moyens, les Auberges soutiendront les jeunes là où ils se trouvent. Cette recherche a identifié les principales caractéristiques du post-hébergement : volontariat du jeune, continuité et durée de l'aide offerte au jeune dans le temps, respect du rythme du jeune et co-construction de l'intervention en développant et renforçant son pouvoir d'agir. Les Auberges du coeur sont des points d'ancrage favorisant l'affiliation du jeune et son insertion dans la communauté, dans la société.
09/24/2015 - 09:15
node/37089
Guide pour l’élaboration d’une stratégie intégrée de lutte contre l’exclusion liée au logement
Afin de poursuivre l’effort d’amélioration des politiques de lutte contre l’exclusion liée au logement, la FEANTSA (Fédération européenne d’associations nationales travaillant avec les personnes sans abri) considère que les dix approches suivantes pourraient servir de guide aux responsables politiques, aux ONGs et aux autres parties prenantes de la lutte contre l’exclusion liée au logement.
08/04/2015 - 15:49
node/36968
Je compte MTL 2015 : Dénombrement des personnes en situation d’itinérance à Montréal le 24 mars 2015
Un nombre croissant de villes au Canada, aux États-Unis et en Europe procèdent à des dénombrements de leur population itinérante à intervalles réguliers d’une, deux ou quelques années. Lorsque la méthodologie des dénombrements est comparable d'une fois à l'autre, les résultats permettent d'évaluer dans quelle mesure le phénomène de l'itinérance progresse ou se résorbe. De plus, en obtenant des informations sur les personnes identifiées au moyen d’un questionnaire relativement court, il est possible de constater des tendances plus spécifiques, par exemple, une évolution dans le nombre de personnes qui passent la nuit dehors, une augmentation du nombre de femmes, etc. Ce genre d’information a permis d’ajuster les interventions en itinérance dans plusieurs villes qui effectuent des dénombrements à intervalles réguliers. Pour influer efficacement sur le cours d’un phénomène, il faut bien le mesurer.
07/07/2015 - 15:00
node/36949
L’itinérance autochtone au Canada : revue de la littérature
Cette étude présente une revue exhaustive de la littérature sur le sujet de l’itinérance autochtone au Canada. Elle apporte des réponses aux quatre grandes questions suivantes par le biais d’une revue et d’une analyse des publications essentiellement universitaires actuelles (1988-2012) : Question n°1 – Concepts clés : Comment définit-on les concepts d’« itinérance » et de « logement », en particulier pour la population autochtone? La notion d’itinérance est-elle différente quand elle s’applique aux Autochtones? Question n° 2 – Causes : Pourquoi les Autochtones (en particulier les jeunes, les minorités sexuelles et les groupes urbains) présentent-ils un risque d’itinérance disproportionné ou sont-ils surreprésentés dans la population itinérante au Canada? Question n° 3 – Expériences :  Quelle est l’expérience de l’itinérance vécue par les Autochtones? Quelle est la diversité des expériences d’itinérance vécues? Question n° 4 – Action :  Quelles mesures préventives et solutions ont été proposées pour les Autochtones? Lesquelles ont donné des résultats? Quelles sont certaines des nouvelles conceptualisations proposées par les auteurs? Cette revue de littérature s’emploie aussi à souligner les lacunes et les faiblesses trouvées dans les publications universitaires et propose des avenues de recherche futures sur le sujet.Cette revue reprend les grands thèmes qui dominent la littérature. Ces thèmes servent de titres aux sections. Il y existe toutefois un chevauchement important entre les sections car de nombreux sujets et expériences personnelles sont complexes et reliés entre eux. Cette revue de la littérature s’adresse à plusieurs publics. En tant qu’analyse érudite, elle est surtout destinée à un public universitaire. Toutefois elle peut s’avérer utile aux décideurs, fournisseurs de service, politiciens et intervenants communautaires car elle met en évidence des solutions et des chemins vers l’avenir. Comme elle est rédigée dans un langage simple, elle est accessible à tous. L’auteure espère que ce document sera disséminé le plus largement possible afin d’attirer l’attention sur la crise nationale d’itinérance autochtone et d’inspirer un passage aux actes.
06/29/2015 - 12:32
node/36944
La route menant chez soi : Un plan pour mettre fin à l’itinérance à Fredericton
Notre Plan présente un cours d’action qui entraînera des changements importants dans l’approche collective de notre communauté envers un défi social répandu. Tout d’abord, ce Plan s’agit d’un appel à l’action. Il offre une feuille de route qui mènera à des améliorations significati ves pour ceux qui connaissent l’itinérance dans notre communauté. Il exige la création de nouvelles interventions, se basant sur l’approche prouvée et rentable Logement d’abord, pour rapidement loger et soutenir ceux qui en ont besoin. Le Plan propose la meilleure coordination de notre système de service et son intégration intentionnel avec les autres partenaires, y compris la santé, les corrections, la police et la protection des enfants. Le Plan exige un meilleur partage d’informations, des meilleurs processus pour gérer la performance et du renforcement des capacités pour soutenir les fournisseurs de service de première ligne. Le Plan reconnaît le rôle clé que jouent tous les partenaires dans notre suc cès collectif : il y a une place pour tout le monde dans cette vision courageux et nous aurons besoin de tout le monde à y parvenir.
06/25/2015 - 16:43
node/36905
Rapport des progrès réalisés en 2014 pour mettre un terme à l'itinérance à Ottawa
Mettre un terme à l’itinérance. Cet objectif guide l’Alliance et nous impose de tenir compte chaque année des progrès enregistrés vers sa réalisation. Le rapport de l’an dernier établissait une rétrospective des 10 dernières années, ce 11e rapport résume la situation de l’itinérance à Ottawa en 2014.
06/17/2015 - 21:57
node/36563
L’architecture des services de santé et des services sociaux - Les programmes-services et les programmes-soutien
Le présent document décrit la nouvelle configuration des programmes qui découpent maintenant l’activité du système de santé et de services sociaux. Les programmes-services remplacent désormais les programmes-clientèles et l’on crée des programmes-soutien qui sont de nature administrative et technique. Dans la première partie, ce document traite de notions générales concernant les programmes. La définition, le rôle, la composition des programmes et les balises qui ont servi à leur découpage y sont présentées de même que la préparation du contour financier. La seconde partie du document décrit la configuration d’ensemble des programmes et donne une définition plus détaillée de chacun d’eux.
05/08/2015 - 10:55
node/36562
Rapport d'étude 2001-2002 - Les comités d’éthique de la recherche du réseau québécois de la santé et des services sociaux
En 2001, le ministère de la Santé et des Services sociaux confiait à un groupe le mandat de réaliser ne étude approfondie auprès des comités d'éthique de la recherche (CÉR) du réseau québécois de la santé et des services sociaux à qu'il revient d'évaluer et de faire le suivi d'un point de vue éthique les projets de recherche qui se déroulent dans les établissements de santé et de services sociaux québécois. Le « Rapport d'étude 2001-2002 - Les comités d'éthique de la recherche du réseau québécois de la santé et des services sociaux » présente l'état de la situation des comités d'éthique de la recherche et le degré d'implantation du Plan d'action ministériel en éthique de la recherche et en intégrité scientifique au moment de l'étude. En outre, il cerne les principaux besoins des CÉR et fournit également de l'information sur les actions du Ministère dans ce dossier au cours des dernières années.
05/08/2015 - 10:45
node/36561
Ça sexprime - Embrasser d'autres cultures: l'éducation sexuelle auprès d'une clientèle multiculturelle
Dans ce numéro, on traite notamment des sujets suivants: L'immigration et le Québec actuel Le choc culturel et l'ethnocentrisme L'éducation sexuelle en milieu ethnique: comment faire? L'exploration des dimensions de la sexualité humaine La dimension socioculturelle La dimension morale, spirituelle ou religieuse La dimension biologique La dimension cognitive La dimension psychologique et la dimension affective Pistes et réflexions à privilégier Mes valeurs et croyances en matière de sexualité Les articles sont suivis d'activités pédagogiques.
05/08/2015 - 10:43
node/36560
Le retrait du milieu familial des enfants et des jeunes - Normes relatives à la pratique à l’intention des établissements et des intervenants du secteur de la santé et des services sociaux
Le document Le retrait du milieu familial des enfants et des jeunes – Normes relatives à la pratique à l’intention des établissements et des intervenants du secteur de la santé et des services sociaux s’inscrit dans la Stratégie d’action pour les jeunes en difficulté et leur famille,qui propose une mesure visant à définir des orientations pour guider toute décision de retrait familial, et ce, en insistant sur l’aspect de cette problématique touchant les retraits en contexte d’urgence. Ainsi, le document contient les nouvelles normes relatives à la pratique visant essentiellement à guider toute décision relative au retrait du milieu familial prise par les intervenants et intervenantes des divers secteurs du réseau de la santé et des services sociaux, qui sont appelés à effectuer des placements d’enfants et de jeunes dans le cadre de leur travail dans les centres de santé et de services sociaux (CSSS), les centres jeunesse ou les établissements de réadaptation en déficience physique et en déficience intellectuelle. Le document vise trois objectifs : encadrer l’utilisation du retrait du milieu familial en fonction des besoins et du meilleur intérêt des enfants; faire en sorte que tout retrait soit motivé et planifié; effectuer un rappel des actions préalables au retrait du milieu familial auxquelles il faut accorder une priorité. Il traduit la volonté d’amorcer un virage nécessaire et d’améliorer la pratique au regard du retrait de l’enfant de son milieu familial.
05/08/2015 - 10:38
node/36559
Plan stratégique 2005-2010 du ministère de la Santé et des Services sociaux
Le Plan stratégique 2005-2010 du ministère de la Santé et des Services sociaux a été déposé à l’Assemblée nationale le 11 mai 2005. Il s’inscrit dans le processus de gestion axée sur les résultats tant pour le Ministère que pour le réseau de la santé et des services sociaux. Ce document, porteur d’une vision des actions à entreprendre, formule les orientations et les engagements que le Ministère et son réseau entendent réaliser au cours des prochaines années. Il vise à améliorer l’offre de service à la population afin d’en favoriser l’accessibilité, la continuité et la qualité. Le Plan stratégique s’inscrit également dans une perspective d’amélioration de la santé et du bien-être de la population. Le Plan stratégique 2005-2010 comporte six parties, soit : l’énoncé de mission et le portrait des partenaires du Ministère; la vision qui guide globalement les actions à entreprendre; le contexte dans lequel évolue le secteur sociosanitaire; les enjeux, les orientations, les axes et les objectifs à partir desquels se matérialisent les engagements du Ministère et de son réseau; enfin, les deux dernières parties situent la santé dans le contexte des orientations gouvernementales et dans celui de la modernisation de l’État.
05/08/2015 - 10:33
node/36558
Les jeunes et l'alcool
Dans notre société, l’alcool est souvent associé au plaisir et à des activités sociales comme des « partys ». Le vin, la bière, les spiritueux sont des produits de consommation courante. Pour la plupart des personnes, la consommation d’alcool ne pose pas de problèmes. Elle s’intègre à un mode de vie sain. Mais avant de décider où, quand et quelle quantité on va boire, on doit être bien informé pour pouvoir faire les bons choix et consommer de façon réfléchie. Cette brochure s’adresse aux jeunes qui se questionnent sur la consommation d’alcool et ses effets.
05/08/2015 - 10:28
node/36557
Ça sexprime - Quand la séduction chez les adolescents = Pouvoir, agir sexuel et provocation
Dans ce numéro, on traite notamment des sujets suivants : Séduire à l’adolescence La séduction sexuelle chez les garçons La séduction sexuelle chez les filles Les interprétations des garçons Les interprétations des filles Les conséquences de la séduction empreinte de pouvoir et basé sur l’agir sexuel Les conséquences chez les garçons Les conséquences chez les filles Comment aborder le sujet avec les adolescents ? Les articles sont suivis d'activités pédagogiques.
05/08/2015 - 10:20
node/36556
Ça sexprime - Désirer ou avoir un enfant à l’adolescence : mieux saisir le sens et les enjeux
Dans ce numéro, on traite notamment des sujets suivants : Représentation sociale de la grossesse à l’adolescence La grossesse chez les jeunes femmes de moins de 20 ans : un portrait statistique Avoir un enfant à l’adolescence : désir ou besoin ? Désir d’enfant vs rôle de parent : quand la réalité rattrape les jeunes Adolescence et parentalité : lorsque ces deux étapes de vie se croisent Les défis des jeunes parents Éléments susceptibles d’influencer les jeunes parents Sensibilisation, prévention et intervention : la contribution de divers acteurs La prévention de la grossesse par une action globale et concertée Les articles sont suivis d’activités pédagogiques.
05/08/2015 - 10:08
node/36555
Ça sexprime - Jeux vidéo et rôles sexuels : du virtuel à l’éducation sexuelle
Dans ce numéro, on traite notamment des sujets suivants : Les médias comme support à l’identité des adolescents Rôles attendus chez les garçons et les filles dans la société occidentale Les jeux vidéo : divertissement populaire Qui sont les joeurs et quels sont les types de jeux vidéo ? Les effets positifs des jeux vidéo sur les adolescents Typologie des jeux vidéo selon leur description Les effets négatifs des jeux vidéo sur les adolescents Effets positifs et négatifs des jeux vidéo : que doit-on en penser ? Les jeux vidéo : plus réalistes que la télévision ? L’interventiion en matière de jeux vidéo auprès des adolescents Les articles sont suivis d’activités pédagogiques.
05/08/2015 - 10:03
node/36494
Rapport du Comité de travail sur la santé mentale des jeunes suivis par les centre jeunesse
Rapport du Comité de travail sur la santé mentale des jeunes suivis par les centre jeunesse : Proposition d'orientations relatives aux services de réadaptation pour les jeunes présentant, outre les problèmes de comportement ou un besoin de protection, des troubles mentaux et qui sont hébergés dans les ressources des centres jeunesse du Québec Ce rapport a été produit par un comité dont le mandat était de documenter la situation afin d'intervenir avec justesse auprès de ces jeunes en difficulté. Il donne suite au Plan d'action en santé mentale 2005-2010 – La force des liens. Le rapport révèle qu'une forte proportion de jeunes souffrent de problèmes légers, et qu'un jeune sur quatre cumule plusieurs diagnostics. Il fait en outre ressortir que la santé mentale de 17 % des jeunes recensés est gravement atteinte. Dans la foulée du rapport, le Ministère entend poursuivre le déploiement du Plan d'action ministériel en santé mentale et prévoit agir rapidement afin d'atteindre les cinq objectifs fixés. Ces derniers visent tous à renforcer le soutien offert aux jeunes hébergés dans les ressources des centres jeunesse.
05/02/2015 - 13:58
node/36493
Manuel de référence sur la protection de la jeunesse
Le Manuel de référence sur la protection de la jeunesse constitue un des principaux outils utilisés pour soutenir et orienter la pratique des intervenants des centres jeunesse dans l’application de la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ). Plus largement, il permet d’assurer une compréhension commune de la loi, du système de protection de la jeunesse et de l’ensemble des services offerts aux jeunes en difficulté et à leur famille. Il s’adresse non seulement aux intervenants du réseau de la santé et des services sociaux, mais aussi à toutes les personnes qui sont en contact avec des enfants. Le manuel de référence est structuré en deux parties : La famille et la société et la Loi sur la protection de la jeunesse. Chacune d’elles est divisée en sections comportant une série de fiches. Une table des matières interactive permet l’accès rapide au contenu des fiches. Le manuel de référence sera mis à jour annuellement afin de tenir compte des modifications aux différentes lois visées ainsi que de l’évolution des pratiques cliniques et de la jurisprudence.
05/02/2015 - 12:57
node/36492
Ça sexprime – La communication dans le couple adolescent
Dans ce numéro, on traite notamment des sujets suivants : Qu’est-ce que la communication? S’exprimer c’est bien, mais s’exprimer et écouter, c’est mieux Quelques statistiques sur la communication dans le couple adolescent Les composantes d’une bonne et d’une mauvaise communication Les conditions d’une bonne communication Apprendre à communiquer ses sentiments Parler de sexualité avec son chum ou sa blonde : pas toujours évident! La protection sexuelle : un sujet tabou dans le couple adolescent La communication au service de la gestion de conflit
05/01/2015 - 18:48
node/36488
Les jeunes et les drogues de synthèse
Ce document présente les substances les plus fréquemment rencontrées : les amphétamines, la méthamphétamine, l’ecstasy, le GHB et la kétamine ainsi que leurs effets et les risques d’en consommer.
05/01/2015 - 16:12
node/36282
La santé des jeunes du secondaire au Québec - Santé physique et habitudes de vie
Ce document présente les principaux constats de l'Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2010-2011. Destinée principalement aux acteurs du ministère de la Santé et des Services sociaux et de son réseau, cette publication permettra de faire progresser les stratégies visant l'amélioration de la santé des jeunes. Les résultats sont présentés pour l'ensemble du Québec et pour les seize régions couvertes par l'enquête.
04/28/2015 - 16:27
node/36281
Balises pour les établissements de santé et de services sociaux et les organismes communautaires désirant offrir des services d'injection supervisée aux personnes qui font usage de drogues par injection
L’usage problématique de drogues entraîne des conséquences graves qui touchent non seulement les personnes consommatrices et leurs proches mais également toute la population, sur le plan de la santé publique. On peut lier, en particulier, l’utilisation de drogues par injection aux décès par surdose non intentionnelle, aux risques de transmission d’infections par le sang (comme le VIH et le virus de l’hépatite C) ou à certains problèmes de désordre public. En vue de contenir ces divers problèmes, des services d’injection supervisée (SIS) sont offerts dans plusieurs pays, dont le Canada. Pour l’Institut national de santé publique du Québec1 , la notion de SIS désigne, à l’échelle internationale, des espaces où l’injection de drogues illégales est autorisée et supervisée par du personnel médical (le plus souvent). La vente et l’échange de drogues ne sont toutefois pas permis dans ces services. Le concept de lieu permettant l’injection supervisée recouvre la régulation de l’entrée des personnes utilisatrices de drogues dans les locaux, la supervision des injections, l’éducation à l’injection sécuritaire, la distribution de matériel d’injection stérile et l’intervention médicale en cas de surdose. Les organismes qui offrent des SIS y incluent variablement l’accès à du matériel d’injection stérile, des services de santé de base, du counseling et de l’orientation vers les autres services médicaux, des services sociaux, des traitements de la dépendance ou des services de formation et de placement en emploi. Les SIS sont souvent intégrés à des services de santé ou de traitement de la toxicomanie ou, encore, à des services destinés aux personnes itinérantes. Si certains membres du personnel ont une formation en travail social et communautaire, en soins infirmiers ou en médecine, d’autres sont des usagers ou des ex-usagers de drogues, dont l’embauche est favorisée. Les SIS se sont développés dans des villes européennes avant d’être implantés en Australie et au Canada. 
04/28/2015 - 15:54
node/36280
Guide sur les pratiques relatives au traitement des fugues des jeunes hébergés dans les unités de vie et les foyers de groupe de centres jeunesse
Le guide propose des pistes d’intervention à l’intention des jeunes et ce, tant pour prévenir la fugue, pour accompagner le jeune durant la fugue de même qu’au retour de celui-ci au centre jeunesse. L’accent est mis sur l’accompagnement du jeune afin qu’il opte pour d’autres moyens que la fugue pour tenter de résoudre ses difficultés. Le guide met également l’accent sur l’action multidisciplinaire et intersectorielle et sur l’importance de soutenir les parents et d’agir en étroite collaboration avec eux. Enfin, le guide énumère les différents éléments devant être abordés lorsque l’on élabore un protocole de collaboration entre les partenaires concernés par les jeunes en fugue. Le document vise à outiller les intervenants et gestionnaires des centres jeunesse de même que leur partenaires dans leurs interventions auprès des jeunes qui expérimentent la fugue, ou qui présentent un risque d’en faire l’expérience.
04/28/2015 - 15:47
node/36279
Les services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance à l’intention des familles vivant en contexte de vulnérabilité
Le présent document décrit brièvement les services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance. Il s’adresse principalement aux professionnels et aux gestionnaires des instances locales et des agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux engagés dans la mise en oeuvre de ces services ainsi qu’aux personnes qui travaillent au sein des organismes communautaires ou qui participent à des regroupements intersectoriels. Les informations consignées dans ce document seront également profitables aux nombreuses ressources, qu’elles soient du domaine de la santé, de l’éducation ou de la justice, entre autres, qui travaillent directement ou indirectement auprès des familles.
04/28/2015 - 15:37
node/36267
Programme de soutien aux organismes communautaires 2015-2016
Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et les agences de la santé et des services sociaux reconnaissent l’apport essentiel des organismes communautaires et bénévoles à l’amélioration de la santé et du bien-être de la population. Cette brochure explique les objectifs du Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) qui s’adressent aux organismes communautaires qui œuvrent dans le secteur de la santé et des services sociaux. Les organismes intéressés trouveront dans cette brochure les informations de base du PSOC.
04/27/2015 - 10:51
node/36266
Ça sexprime - La grossesse à l'adolescence: un phénomène qui persiste !
Dans ce numéro, on traite notamment des sujets suivants: La grossesse à l'adolescence en quelques chiffres Les répercussions de la grossesse à l'adolescence Le rôle du jeune homme Résistances à l'utilisation de la contraception Les difficultés liées à la contraception Les mythes entourant la grossesse et la contraception Comment intervenir Les articles sont suivis d'activités pédagogiques
04/27/2015 - 10:38
node/36264
Rapport du Comité de travail sur la santé mentale des jeunes suivis par les centre jeunesse
Rapport du Comité de travail sur la santé mentale des jeunes suivis par les centre jeunesse : Proposition d'orientations relatives aux services de réadaptation pour les jeunes présentant, outre les problèmes de comportement ou un besoin de protection, des troubles mentaux et qui sont hébergés dans les ressources des centres jeunesse du Québec Ce rapport a été produit par un comité dont le mandat était de documenter la situation afin d'intervenir avec justesse auprès de ces jeunes en difficulté. Il donne suite au Plan d'action en santé mentale 2005-2010 – La force des liens. Le rapport révèle qu'une forte proportion de jeunes souffrent de problèmes légers, et qu'un jeune sur quatre cumule plusieurs diagnostics. Il fait en outre ressortir que la santé mentale de 17 % des jeunes recensés est gravement atteinte. Dans la foulée du rapport, le Ministère entend poursuivre le déploiement du Plan d'action ministériel en santé mentale et prévoit agir rapidement afin d'atteindre les cinq objectifs fixés. Ces derniers visent tous à renforcer le soutien offert aux jeunes hébergés dans les ressources des centres jeunesse.
04/27/2015 - 10:32
node/36263
Sommaire des modules du Programme de formation CHARLIE - Programme d'accueil et d'intégration / intervenant
Le document Sommaire des modules du Programme de formation CHARLIE présente notamment les compétences et les objectifs d’apprentissages développés dans chacun des modules du Programme de formation CHARLIE. Ces formations visent les nouveaux intervenants qui œuvrent auprès des jeunes en difficulté et leur famille dans les centres jeunesse et dans les centres de santé et de services sociaux (CSSS). Ce programme de formation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Soutien aux pratiques cliniques - Plan de formation Jeunes en difficulté 2010-2012. Le document comprend, pour chacun des modules, une brève description générale, les compétences à développer, les objectifs d’apprentissage, le plan de formation et la préparation requise avant la formation.
04/27/2015 - 10:29
node/36262
Statistiques 2009 sur la criminalité commise en contexte conjugal au Québec
Pour 2012, les analyses réalisées ont permis de constater une relative stabilité des infractions par rapport à 2011. Toutefois, les infractions de violence grave, tels les enlèvements, les tentatives de meurtre, les homicides et les agressions sexuelles ont connu une progression notable. Bien que les victimes de sexe féminin demeurent majoritaires, leur taux d’infractions est resté stable alors que le taux pour les hommes a augmenté. Le taux de victimisation a principalement progressé chez les 25 à 29 ans. Enfin, pour ce qui est des auteurs présumés, les femmes ont vu leur taux augmenter et les hommes diminuer. 
04/27/2015 - 10:17
node/36260
Les refuges pour femmes violentées au Canada, 2010
Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada continuent de mettre sur pied un éventail d'initiatives stratégiques axées sur la lutte contre la violence familiale et la violence conjugale (ministère de la Justice Canada, 2011). Parmi les initiatives d'aide aux victimes de violence, celles qui mettent l'accent sur le refuge et le logement sont particulièrement importantes. Selon une récente étude, les refuges d'urgence et l'aide au logement qui s'y rattache comptent parmi les types de services aux victimes au Canada les plus souvent utilisés (Sauvé 2009). À partir des données tirées de l'Enquête sur les maisons d'hébergement (EMH) de 2010, le présent article de Juristat analyse l'information sur les établissements d'hébergement au Canada, en particulier ceux qui offrent un refuge aux femmes violentées. On y présente des renseignements sur les différents types d'établissements, le nombre d'admissions annuelles, les raisons pour lesquelles les femmes se tournent vers un refuge et la variété des services offerts à la clientèle. En outre, on y examine l'utilisation des refuges qui offrent des services adaptés aux différences culturelles des Autochtones y compris les Autochtones qui vivent dans les réserves ou dans l'un des territoires. Les renseignements présentés dans cet article se rapportent à deux périodes distinctes. Tout d'abord, les données relatives aux caractéristiques des établissements, au nombre d'admissions annuelles et aux types de services offerts ainsi que les données financières ont été recueillies en 2010 et sont fondées sur la période de 12 mois qui a précédé l'enquête1. Ensuite, des renseignements ont été recueillis sur les femmes hébergées dans les refuges le « jour de l'instantané » même, à savoir le 15 avril 2010.
04/24/2015 - 17:52
node/36259
Les femmes et le système de justice pénale
Dans le système de justice pénale, les femmes et les filles sont surtout les victimes plutôt que les auteures de crimes. Les personnes de sexe féminin représentent en effet la moitié environ des victimes de crimes violents mais une minorité des contrevenants. Toutefois, pour comprendre la portée des questions liées aux femmes et au système de justice pénale, il importe d’examiner la fréquence et l’expérience de la victimisation criminelle et de la délinquance chez les femmes. C’est en raison du nombre relativement restreint de criminelles qu’il est crucial de suivre de près les tendances de la délinquance chez les personnes de sexe féminin. Autrement, les différences en ce qui a trait aux expériences des femmes et des filles dans le système de justice pénale sont susceptibles d’être camouflées par les tendances qui représentent la plus vaste population de contrevenants de sexe masculin. Ces renseignements sont nécessaires pour évaluer les interventions des systèmes juridique et social auprès des contrevenantes et pour élaborer des stratégies en matière de prévention du crime qui tiennent compte des différences entre les sexes1 . Le présent chapitre porte sur la prévalence et la nature de la victimisation et de la criminalité chez les personnes de sexe féminin et sur le traitement des contrevenantes dans le système de justice pénale au Canada.
04/24/2015 - 17:34
node/36258
La violence familiale au Canada: un profil statistique, 2011
Depuis 1998, dans le cadre de l’Initiative de lutte contre la violence familiale1 du gouvernement fédéral, Statistique Canada publie un rapport annuel qui traite de l’ampleur et de la nature de la violence familiale au Canada. Cette initiative vise, entre autres choses, à favoriser la sensibilisation du public aux facteurs de risque de la violence familiale et à améliorer les efforts en matière de collecte de données, d’analyse, de recherche et d’évaluation servant à éclairer l’élaboration de politiques et de programmes. L’article annuel de Juristat est conçu pour aider à suivre l’évolution de la violence familiale au fil du temps et à définir les questions d’actualité. Ainsi, chaque rapport présente les tendances de l’ampleur du problème au Canada et dresse le profil d’un aspect particulier de la violence familiale. Les rapports précédents ont abordé des thèmes tels que le harcèlement criminel (2005), les interventions du système de justice pénale en matière de violence familiale (2004), les refuges pour femmes violentées (2009) et une analyse comparative de la violence familiale et non familiale (2010). Le rapport de cette année comprend comme sujet spécial une analyse de l’ampleur et de la nature des meurtres-suicides dans la famille au Canada. 
04/24/2015 - 17:31
node/36257
Améliorer les conditions de logement des Autochtones de l'Ouest du Canada
Résumé – Améliorer les conditions de logement des Autochtones de l'Ouest du Canada : perspectives nationales, régionales, communautaires et individuelles pour changer l'avenir des personnes sans abri. W. Thurston, N. Oelke, D. Turner et C. Bird, Université de Calgary, 2011. La présente étude dégage les politiques, les procédures et les pratiques les plus efficaces pour intervenir auprès des Autochtones sans abri. Des organisations qui donnent des services, visant à résoudre les problèmes d'itinérance chez les Autochtones de Winnipeg, de Saskatoon, de Regina, de Calgary, d'Edmonton, de Vancouver et de Victoria.
04/24/2015 - 15:32
node/36256
Prévenir l’itinérance au moyen de la planification des congés des personnes ayant des troubles mentaux
À partir de leçons tirées de la situation en Colombie Britannique (C.-B.), Matt Thomson a relevé des pratiques prometteuses en matière de planification des congés des patients des établissements de santé mentale. La planification efficace des congés peut permettre de prévenir et de réduire l’itinérance en favorisant la réintégration à long terme dans la collectivité des personnes ayant des troubles mentaux. Toutefois, peu d’études ont fait une évaluation approfondie des programmes efficaces de planification des congés et de leur mise en œuvre. Par conséquent, le rapport comble une lacune dans les connaissances dans ce domaine et fournit de l’information à l’appui de l’adoption de pratiques efficaces de planification des congés dans toutes les collectivités au Canada.
04/24/2015 - 15:28
node/36255
Plan communautaire 2014-2019: Grandes villes
La Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) est un programme communautaire qui vise à prévenir et à réduire l'itinérance en offrant un soutien et un financement directs à 61 collectivités désignées de partout au Canada et en les aidant à mettre en œuvre l’approche Logement d’abord afin de réduire l’itinérance chronique et épisodique. Le texte qui suit résume les plans communautaires de la SPLI pour 2014-2019 présentés par huit grandes villes admissibles au financement de la SPLI dans le cadre du volet Collectivités désignées : Halifax, Ottawa, Toronto, Hamilton, Winnipeg, Calgary, Edmonton et Vancouver. Ce résumé présente des données agrégées tirées des plans communautaires de ces huit villes.
04/24/2015 - 15:24
node/36254
Plan communautaire 2014-2019 : Petites collectivités désignées
La Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) est un programme communautaire qui vise à prévenir et à réduire l’itinérance en offrant un soutien et un financement directs à 61 collectivités désignées de partout au Canada et en les aidant à mettre en œuvre l’approche Logement d’abord afin de réduire l’itinérance chronique et épisodique.
04/24/2015 - 15:22
node/36231
Examen des initiatives du Logement d’abord pour des individus atteints de troubles mentaux concomitants : Mise en œuvre et faisabilité
Parhar et coll. ont élaboré un modèle de mise en œuvre d’un programme Logement d’abord ciblant des personnes souffrant de troubles mentaux concomitants (PTMC) à Saskatoon, ville dans laquelle le concept Logement d’abord est nouveau. Le projet avait pour objet d’examiner les défis et les obstacles auxquels les PTMC font face continuellement et la façon dont les programmes Logement d’abord, particulièrement par l’entremise de résidences collectives, peuvent répondre aux besoins de cette population. Dans l’ensemble, les constats du rapport fournissent de l’information à l’appui de la création de programmes Logement d’abord à Saskatoon et seront applicables à d’autres petits centres urbains au Canada.
04/20/2015 - 17:39
node/36230
Tribunaux de santé mentale : Procédures, résultats et incidence sur l’itinérance
MacDonald et coll. ont examiné les répercussions d’un tribunal de la santé mentale (TSM) sur la prévention et la réduction de l’itinérance chez les personnes qui ont des troubles mentaux. En particulier, à partir d’une étude de cas du TSM de Montréal, c’est à dire le Programme d’accompagnement Justice – Santé mentale (PAJ SM), le projet a dressé un profil des participants et déterminé comment le tribunal les aide à relever les défis de la santé mentale et de l’itinérance. En dépit de l’intérêt croissant que suscite la mise sur pied de TSM, il y a relativement peu d’études sur la question. Le rapport, qui est une occasion de combler cette lacune dans les connaissances, fournit de l’information à l’appui de l’adoption de pratiques prometteuses par les TSM d’un bout à l’autre du Canada.
04/20/2015 - 17:37
node/36229
Pratiques relatives au logement des personnes sans abri : bonnes, meilleures et exemplaires
La présente étude porte sur les pratiques relatives au logement supervisé à long terme qui entraînent des résultats positifs pour les personnes sans abri de longue date ayant une maladie mentale ou des problèmes de toxicomanie, et vise à enrichir la base de connaissance sur le logement supervisé à long terme.
04/20/2015 - 17:34
node/36228
L'inclusion financière des personnes sans abri et de celles à risque de le devenir
La présente étude porte sur l'interaction entre l'itinérance et l'exclusion financière au Canada. Elle vise à documenter et à mieux comprendre l'expérience des personnes hébergées dans des refuges, des responsables de refuges et des organisations œuvrant dans ce domaine.
04/20/2015 - 17:31
node/36225
Logement et itinérance des nouveaux arrivants à Hamilton
La présente étude porte sur l’expérience de nouveaux arrivants au Canada immédiatement après leur arrivée à Hamilton, en Ontario, afin de mieux comprendre les problèmes de logement et d’itinérance que rencontrent les nouveaux arrivants dans cette région.
04/18/2015 - 16:31
node/36224
Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance
Cette édition spéciale du Bulletin de la SPLI est consacrée au problème de l’itinérance chez les anciens combattants du Canada. Comme vous le savez, au Canada, les sans abri viennent de tous les milieux et, malheureusement, ils comptent parmi eux nos anciens combattants, ces femmes et ces hommes courageux qui ont servi notre pays et défendu nos valeurs de liberté, de démocratie et de primauté du droit. Les anciens combattants sans abri ont une histoire bien à eux et, comme nous le démontrent diverses recherches, nous devons mieux comprendre leur histoire afin que nos efforts pour leur venir en aide soient plus efficaces. Ils ont des besoins et des problèmes distincts découlant de leur service militaire, que ce soit des missions de maintien de la paix, des conflits armés ou des interventions d’urgence.
04/18/2015 - 16:14
node/36223
Rapport sur la capacité d’hébergement 2013-2014
Le rapport annuel sur la capacité d’hébergement fournit des statistiques sur la capacité d’hébergement des refuges d'urgence pour les personnes sans abri au Canada. Le nombre de refuges et le nombre de lits permanents sont comptabilisés pour chaque province et territoire ainsi que par collectivité. En outre, un bref aperçu des logements de transition et des refuges pour femmes victimes de violence est présenté dans l’annexe. Le présent rapport fournit des renseignements tirés de la Liste nationale des fournisseurs de services. La Liste nationale des fournisseurs de services est une liste complète des refuges pour les personnes sans abri au Canada. Elle est établie par la Direction du développement communautaire et des partenariats de lutte contre l’itinérance dans le cadre du Système national d'information sur l’itinérance (SINI), une initiative de développement de données qui met l'accent sur la collecte et l'analyse des données relatives aux refuges au Canada.
04/18/2015 - 16:05
node/36222
Rapport sur la capacité d'hébergement de 2012
Le rapport annuel sur la capacité d'hébergement fournit des statistiques sur la capacité d'hébergement des refuges d'urgence pour les sans-abri, des logements de transition et des refuges pour femmes victimes de violence au Canada. Le nombre de refuges et le nombre de lits permanents sont comptabilisés pour chaque province et territoire ainsi que par collectivité. Le présent rapport fournit des informations tirées de la Liste nationale des fournisseurs de services, en date du 1 novembre 2012. La Liste nationale des fournisseurs de services est la seule liste complète des refuges pour les sans-abri au Canada. Elle est compilée par le Secrétariat des partenariats de lutte contre l'itinérance dans le cadre du Système d'information national sur l'itinérance (SINI), une initiative de développement de données qui met l'accent sur la collecte et l'analyse des données relatives aux refuges au Canada.
04/18/2015 - 16:02
node/36206
Sortir de la rue. Analyse du processus de changement de mode de vie chez les jeunes de la rue à Montréal
La présente recherche commence là où la plupart des recherches sur la rue s’arrêtent. Se situant dans le prolongement des recherches qui considèrent le jeune de la rue comme un acteur, elle propose l’analyse du processus inverse à l’appropriation de la rue, à savoir la sortie de la rue. La sortie de la rue est un processus qui commence déjà dans la rue et ce sont les différentes étapes parcourues par le jeune dans la rue qui vont l'amener à considérer la sortie. Le moment où s'enclenche le processus de sortie est différent pour chacun des jeunes, mais chez tous, il est intimement lié au parcours effectué dans la rue. Ce parcours conduit le jeune à un point où il se rend compte que le mode de vie de la rue n'est plus adéquat par rapport à ses attentes, ce qui l'amène à envisager une alternative à la rue, qui réponde mieux à ses attentes. Or la construction d'un projet s'oppose à l'immédiateté qui caractérise la rue. En ce sens, elle nécessite de rompre avec la vision à court terme de la rue pour pouvoir prendre en compte un passé et un futur en regard desquels le présent prend tout son sens. Mais si chaque processus de sortie est personnel, la sortie de la rue a ceci de général qu'elle est constituée d'oscillations constantes inscrites dans des logiques paradoxales. La sortie doit en effet être considérée comme un véritable processus, celui du passage d'un mode de vie à l'autre. Or, tout passage est ambigu, car il comporte la particularité de n'être ni l'un, ni l'autre, tout en étant l'un et l'autre à la fois! Le sortant n'est en effet ni « dedans », ni « dehors » de la rue, mais en même temps, il encore un peu « dedans » et un peu « dehors ». La sortie se constitue donc d’oscillations entre des logiques de continuité et de rupture, entre tentative de maîtrise et sentiment d'insécurité, entre désir d'émancipation et besoin de dépendance et enfin, entre recherche de plaisir et déception. 
04/13/2015 - 21:07
node/36205
Dispositif de concertation et de négociation de groupe à groupe auprès des jeunes de la rue 2001-2004. Rapport d’évaluation.
Origine et approche : Le dispositif de concertation et de négociation de groupe à groupe est une application en milieu ouvert d’une approche démocratique de la médiation sociale élaborée par le psychanalyste et sociologue Gérard Mendel. Depuis 30 ans, celui-ci a suscité le développement d’applications du dispositif en France, en Belgique, en Argentine et maintenant au Québec à partir de la sociopsychanalyse1 . À Montréal, le dispositif a été expérimenté en 1997 à partir d’un projet pilote et d’un partenariat entre un chercheur postdoctoral, trois organismes communautaires jeunesse et trois élus municipaux de la Ville de Montréal. À la suite d’une évaluation positive du projet2 , d’autres partenaires se sont joints, et l’implantation du dispositif s’est effectuée de 2001 à 2003 avec la participation de 200 jeunes de la rue. Depuis 2004, des améliorations ont de nouveau été apportées dont l’ajout de groupes d’acteurs afin de rendre le dispositif plus apte à répondre aux objectifs visés3 . Son implantation fut subventionnée par la Fondation de la famille J.W. McConnell. Le dispositif bénéficie maintenant d’une subvention fédérale IPAC. Mis sur pied en 2001, le collectif DéSisyphe assume la supervision de l’application du dispositif à Montréal. 
04/13/2015 - 21:02
node/36204
Les modes de médiation sociale et les pratiques de squattage - Le cas de Montréal
Deux raisons majeures ont concouru à la formulation du présent projet de recherche. D’une part, le contexte de la crise du logement en 2001 (Québec, 2002) a incité des groupes d’acteurs à développer des stratégies illégales d’appropriation de l’espace résidentiel dont les enjeux varient selon les contextes qu’il convenait de comprendre et de distinguer (Sempé, 1998). D’autre part, un suivi des épisodes récents de squattage1 à Montréal, Québec, Ottawa et à Guindonville révèle une problématique de gestion municipale de la marge sociale associée à l’habitat résidentiel. Comment adopter un cadre d’intervention sociale démocratique dans un contexte contradictoire où l’illégalité de l’action (occupation non réglementaire) est fondée sur la légitimité politique du projet (ex. : droit au logement, habitat alternatif)? Ajoutons que l’importante couverture médiatique de l’été 2001 à Montréal a largement exposé cette contradiction via les positions divergentes des deux principaux aspirants à la Mairie de Montréal (Lévesque, 2001; Vigneault, 2001) dont l’interprétation du phénomène variait entre un acte de désobéissance civile et la revendication d’un projet autogéré. Ce qui ne va pas sans créer de confusion autour du sens de l’événement luimême. Comment penser les conditions d’un travail de médiation sociale dans un contexte où les actions et les enjeux sont souvent contradictoires et pas toujours clairs ni explicités?
04/13/2015 - 20:59
node/36203
La reconnaissance : Un enjeu pour la sortie de la rue des jeunes à Montréal.
Le but de cette thèse est d’expliquer le rôle que joue la reconnaissance dans le processus de sortie de la rue des jeunes à Montréal. En d’autres termes, est-ce que le fait que le jeune de la rue se sente reconnu ou non par des acteurs significatifs favorise ou fait obstacle à sa sortie de la rue? À part une recherche portant sur les sorties de la rue des jeunes au Canada et notre propre recherche de maîtrise, il n’existe aucune recherche abordant spécifiquement le processus de sortie de la rue des jeunes à Montréal. Cette recherche s’intéresse spécifiquement au processus de repositionnement identitaire qui s’opère lors de la sortie de la rue. Au cours ce processus, l’individu compose avec des manifestations de reconnaissance suffisante, partielle ou négative de la part de personnes et d’institutions significatives, afin de s’approprier une position identitaire différente que celle de jeune de la rue. Cette reconnaissance peut être d’ordre affectif, social et/ou juridique. Elle peut venir des parents, des amis de rue, de voisins, d’un sugar daddy, du marché de l’emploi, de l’école, des intervenants, du fait de devenir parent, etc. À partir d’une approche interactionniste, complétée par des apports de la psychanalyse, nous avons poursuivi et complexifié des liens théoriques effectués par certains auteurs qui ont montré qu’un processus identitaire est à l’œuvre dans l’appropriation de la rue. Nous proposons de considérer la sortie de la rue comme un processus paradoxal de repositionnement identitaire, concept qui permet d’interpréter ce phénomène en termes de processus dynamique et complexe et de mettre l’accent sur la dimension interactive des dynamiques identitaires qui le caractérise. Le concept de reconnaissance permet de rendre compte de l’articulation des différents niveaux d’interaction à travers lesquels ce repositionnement s’opère. En effet, grâce à la reconnaissance l’individu peut stabiliser la position identitaire à laquelle il s’identifie, qu’il s’approprie et négocie en interaction avec autrui. Ces enjeux de reconnaissance s’ancrent dans des contextes relationnels concrets. Ces contextes relationnels varient selon la forme de reconnaissance en jeu (affective, sociale, juridique) et les acteurs ou institutions impliqués. En outre, ils s’inscrivent dans une trajectoire subjective qui permet de rendre compte du sens qu’ils revêtent aux yeux du sujet. 
04/13/2015 - 20:56
node/36202
Etude évaluative et projective pour la mise en place d’un « guichet social » dans le canton de Fribourg
Introduction Les divers mécanismes de protection sociale mis progressivement en place pour répondre aux besoins sociaux des familles et des individus se révèlent d’une rare complexité pour le néophyte, mais parfois même pour les professionnels. Ainsi, les régimes d’assurance juxtaposés aux systèmes de prestations sous condition de ressources sont particulièrement complexes à comprendre, en particulier dans leur inter-croisement. Plusieurs degrés de difficultés peuvent être mentionnés comme l’accès à l’information, la compréhension du langage utilisé, la mise en situation personnelle, les voies d’accès, le dédale des services, des logiques administratives ou encore l’établissement des preuves du besoin. La situation actuelle relève pour part d’une constitution, progressive et pragmatique, d’un système visant à répondre le plus adéquatement aux besoins. Elle tire aussi son origine, pour une autre part, de la volonté d’utiliser rationnellement et judicieusement le denier public au travers des mécanismes de contrôle, mais également de dissuasion selon le principe de less eligibility qui veut que les prestations offertes par le mécanisme de protection sociale soient moins attractives que les gains minimaux offerts par le marché du travail. 
04/13/2015 - 20:51
node/36196
S’approprier une place sociale en composant avec un héritage familial précaire
Premières lignes « Je me suis rendu compte avec les années, comment c’était important, ce qui se passe pendant ton enfance, comment ça te marque. C’est quelque chose à quoi j’étais pas sûre de croire avant, quand j’étais plus jeune, pis je peux te dire foncièrement que, comment tu deales avec ce qui s’est passé dans ta jeunesse, ça fait toute la différence sur comment tu vis ta vie d’adulte. Pis moi, je m’en ai rendu...
04/09/2015 - 17:41
node/36195
Sortir de la rue : une lutte pour la reconnaissance à l’heure de l’individualisme avancé
Cet article présente les résultats d’une recherche analysant le processus de sortie de la rue des jeunes à Montréal. Les résultats obtenus conduisent à considérer ce dernier comme une lutte pour la reconnaissance dans le contexte actuel d’individualisation croissante du lien social. Dans ce contexte, les tentatives des jeunes pour s’approprier une position sociale peuvent prendre des formes inhabituelles et bricolées telles que l’appropriation de la rue et la sortie de celle-ci. Aspirant à une certaine normalité, les jeunes rencontrés ont investi des contextes relationnels plus ou moins associés à la rue. Ils se sont approprié les manifestations de reconnaissance qu’ils y ont trouvées afin de construire leur sortie de la rue, comprise comme un processus de repositionnement identitaire. Or il ressort également que le sens attribué à ces manifestations de reconnaissance est lourdement influencé par les formes de reconnaissance parentales vécues durant l’enfance.
04/09/2015 - 14:04
node/36189
Entre la rue et l’après-rue : comment être à la fois dedans et dehors ?
Les intervalles, les lieux ou les situations entre deux sont souvent considérés comme dénués d’intérêt en raison de l’impression de vide qui leur est associée : le fait de n’être ni l’un, ni l’autre, mais quelque chose entre l’un et l’autre. Mais l’entre-deux peut aussi être considéré comme à la fois l’un et l’autre, ou plus tout à fait l’un tout en l’étant encore, et pas encore l’autre tout en se dirigeant vers ce dernier. Loin de se caractériser par un vide, les situations d’entre-deux nous apparaissent au contraire pleines de potentialités en raison justement de cette indétermination qui les caractérise. S’intéresser à l’entre-deux, c’est s’intéresser au paradoxe d’être en même temps ni l’un, ni l’autre et les deux à la fois. À l’instar de Parazelli et Tremblay (2002), il nous semble que « loin de constituer uniquement un obstacle au travail de recherche, l’identification des paradoxes et leur analyse permettent de penser la complexité des contextes d’interactions sociales ».
04/08/2015 - 21:28
node/36188
Quelle place des figures adultes dans le passage à l’âge adulte des jeunes en difficultés ? Le cas des jeunes sortis de la rue à Montréal
Comment comprendre que des programmes d’intervention aident certains jeunes à sortir de la marginalité, mais qu’ils ne représentent pas une aide significative pour d’autres ? Comment expliquer que certains jeunes soient demandeurs d’une aide, alors que d’autres, apparemment dans la même situation, semblent fuir toute relation d’aide ? À partir d’une recherche menée auprès de jeunes sortis de la rue, l’article montre que l’accompagnement de la sortie de la rue ne peut faire l’impasse sur le sens que les jeunes accordent à la relation d’aide, en fonction des attentes de reconnaissance qu’ils ont. Il propose de lire les enjeux qui se jouent aussi bien dans la demande que dans la non-demande d’aide sous leurs différentes formes, à la lumière des trajectoires spécifiques des jeunes.
04/08/2015 - 21:21
node/36185
L’itinérance à Fredericton, 2014
Ce rapport est une combinaison des 5e et 6e bulletins sur l’itinérance à Fredericton, N.-B. Basé sur les données de 2011-2013, il représente un profil d’itinérance à Fredericton, N.-B. Ce bulletin est publié par le Groupe d’action communautaire sur l’itinérance de Fredericton, un programme communautaire joint comprenant des agences sans but lucratif, des représentants gouvernementaux, et des leaders communautaires qui travaillent ensemble pour mettre fin à l’itinérance.
04/08/2015 - 16:39
node/36178
Jeunesse et marginalité : faut-il intervenir
Les rapports entre jeunesse et marges sociales nécessitent un détour historique afin de renouveler les perspectives actuelles en ce qui regarde les fondements analytiques des théories et des modes d’intervention reliés aux jeunes marginaux. Les recherches historiographiques montrent l’importance structurale de certaines formes d’insertion telles que les rites antiques de l’éphébie, dont la cryptie et les abbayes de jeunesse qui organisaient les charivaris au moyen âge notamment. Par-delà notre représentation archaïque de ces repères historiques, ceux-ci nous enseignent que les modes traditionnels d’insertion des jeunes étaient fondés sur le principe paradoxal de socialisation à l’ordre par le désordre, structurant ainsi un imaginaire associé à une tension entre le sauvage et le civilisé. Ce principe, dévalorisé par la rationalisation croissante de l’existence humaine, se retrouverait encore au cœur des manifestations de marginalités juvéniles actuelles, mais sans reconnaissance du monde adulte; sauf en ce qui regarde la visée consommatoire des images de marginalité en lien avec l’injonction normative de l’autoréalisation de soi. La marginalité constituerait un complexe de relations de pouvoir impliquant des contextes où se jouent des changements sociaux en émergence ou en train de se réaliser, qu’il s’agisse de contrôle social ou d’émancipation.
04/08/2015 - 12:54
node/36177
Sortir de la rue : processus ou objectif d’intervention
Cet article prolonge les réflexions habituelles sur les jeunes de la rue en s’intéressant à une alternative possible à la vie de rue, c’est-à-dire à la sortie de la rue. Cette dernière est abordée en termes de processus dynamique et paradoxal, de passage d’un mode de vie (celui de la rue) à un autre. La perspective proposée invite à nuancer les approches en termes de délinquance ou de comportement à risque pour comprendre davantage le sens que le jeune, en tant qu’acteur, attribue à la vie de rue et au processus de sortie. Il s’agit de déplacer le discours sur la sortie de la rue, souvent perçue en termes de résultat (comme objectif d’intervention), en reconnaissant l’importante part de l’acteur dans ce processus.
04/08/2015 - 12:34
node/36176
Intervenir aux marges de la citoyenneté - Une application du dispositif Mendel adapté au contexte des jeunes de la rue à Montréal
Cet article fait état de l’évolution de l’application d’un mode d’intervention collective auprès des jeunes de la rue à Montréal, de 1997 à 2005. Ce mode d’intervention favorise le dialogue sous la forme d’écrits, de groupe à groupe, entre des jeunes de la rue, des responsables institutionnels, des intervenants et des policiers. Cette intervention constitue une adaptation du dispositif institutionnel de la sociopsychanalyse visant à développer l’appropriation de l’acte des individus de façon démocratique. On y présente les trois moments d’application tout en faisant état des modifications qui ont eu lieu au fur et à mesure des évaluations. Les fondements théoriques ainsi que les principes d’actions sous-tendant le dispositif sont explicités en insistant sur l’importance du concept d’« actepouvoir » comme un fondement psychosocial de la pratique citoyenne.
04/08/2015 - 12:30
node/36175
Comment sortir de la rue lorsqu’on n’est bienvenu nulle part?
Une recension des écrits sur la gestion de la marginalité urbaine montre que depuis les années 1990, on assiste à des changements importants sur le plan de la gouvernance urbaine dans l’espace public dans plusieurs villes du monde, de plus en plus pensée en termes sécuritaires et écosanitaires. À l’égard des personnes marginalisées se dessine une intervention répressive qui contribue à leur judiciarisation. Dans cet article, nous traitons des effets d’une telle gestion urbaine de la marginalité sur le processus de sortie de la rue des jeunes à partir des résultats d’une enquête de terrain menée dans le cadre d’une recherche doctorale. Ces résultats alimentent la réflexion sur les enjeux entourant une cohabitation urbaine démocratique.
04/08/2015 - 12:27
node/36174
Exercer le droit au logement. Le cas d’un épisode de squattage à Montréal en 2001
L’étude des repères normatifs des acteurs impliqués dans un épisode de crise sociale tel que le squat Overdale-Préfontaine en 2001 à Montréal, peuvent aider à mieux comprendre le sens d’un événement présentant une certaine opacité au moment de sa manifestation du fait de son illégalité. Par cette analyse des repères normatifs auprès des acteurs, il est possible de dégager des logiques spécifiques quant aux stratégies employées par les groupes d’acteurs impliqués dans l’épisode de squat, tant au sein du groupe d’appartenance que sur le plan des relations entre les groupes. Le contenu de cet article présente une synthèse des résultats d’analyse relatifs aux positions tenues par les occupants du squat, les acteurs communautaires, institutionnels et médiatiques.
04/08/2015 - 12:21
node/36171
Jeunes à risque ? Sens des pratiques dites à risque et sortie de la rue
Face à l’abondance de chiffres concernant les risques que les jeunes encourent dans la rue ou font encourir aux autres, on peut avoir tendance à oublier que leurs comportements dits «à risque» constituent les manifestations d’enjeux plus profonds. Alors que l’idéal d’autoréalisation individuelle valorise certaines formes de prise de risques, on constate simultanément la présence importante au sein de nos sociétés d’une obsession sécuritaire qui vise la gestion des populations à risque. À partir d’une enquête auprès de jeunes sortis de la rue réalisée à Montréal, le présent article vise à mettre en lumière l’écart entre le sens attribué par les jeunes à la marginalité et à la normalité et la tendance politique à privilégier des approches épidémiologique et sécuritaire à l’égard de ces populations. Il se conclut par une analyse des effets de ces approches en termes de reconnaissance sur le processus de sortie de la rue de ces jeunes. 
04/07/2015 - 12:38
node/36144
Septième rapport sur l'itinérance dans le Grand Moncton - 2014
This 7th annual Report Card highlights key changes throughout 2013 that impact the state of homelessness in Greater Moncton. Probably the biggest news in 2013 was that the Homelessness Partnering Strategy (HPS) would be renewed for another five years (2014- 19), with a focus on “Housing First.” Greater Moncton Homelessness Steering Committee members and partners are now developing a new 5- year Community Plan. As you’ll read in this document, a lot of progress is being made in finding new and innovative ways to house people in need. Together, the new YWCA and SUN Network housing programs housed close to 50 chronically homeless individuals. Still, the number of people staying in emergency shelters continues to rise. In 2013, we organized a “Trade Fair with a difference “ (see page 3) that brought together non-profits and private sector housing developers. Some interesting partnerships have developed. But a common theme in all our work is the shortage of real affordable housing. For those living on social assistance, the only workable solution is a subsidized unit, but the waiting list for social housing has grown by 58% over the past two years. Only 34 new affordable housing units were added to the inventory in 2013. During the past year, we lost two important agencies that served the marginalized population: Family Services Moncton and BUILT Network, which provided pre-employment training for people with mental health challenges. The Mental Health Commission of Canada’s At Home/Chez Soi program, which housed 100 chronically homeless people with mental health issues in Greater Moncton, wound down. Its Assertiveness Community Treatment (ACT) Team was transitioned into a provincial Flexible ACT Team. The FACT will continue to work with At Home/Chez Soi clients, and will also accept referrals and self-referrals for people with serious mental illness.
03/30/2015 - 11:56
node/36119
Être itinérant : Huitième Bulletin sur l’itinérance dans le Grand Moncton, 2015
Ce huitième Bulletin sur l’itinérance dans le Grand Moncton souligne les changements, positifs et négatifs, qui ont touché le logement et l’itinérance en 2014. La bonne nouvelle est que nous trouvons de plus en plus de façons innovatrices d’héberger les personnes dans le besoin, qui leur conviennent réellement (voir les pages 7 et 8). À l’avenir, nous concentrerons nos efforts sur le Logement d’abord, un modèle qui préconise de trouver d’abord le logement, ensuite de fournir un soutien.
03/25/2015 - 21:26
node/35988
Au-delà de priorité au logement : une réponse globale à l’itinérance des familles au Canada
Ce rapport, faisant partie de l’Initiative de l’itinérance chez les enfants et les familles de Chez Toit, traite de la Priorité au logement comme une intervention précoce pour les familles confrontées à l’itinérance. Alors que la Priorité au logement a été identifiée comme un moyen efficace pour aider ceux qui font face à l’itinérance, ce rapport a pour but d’avoir une discussion parallèle sur ce qui permettrait véritablement de prévenir l’itinérance et comment nous pouvons nous assurer que les systèmes et structures soient mis en place pour que les travailleurs soient mieux armés pour aider les participants de Priorité au logement. L’itinérance n’est pas un problème social qui se produit seul, mais plutôt un qui rejoint de multiple problèmes sociaux. Ceci inclus la pauvreté et le déclin du filet de sécurité social au Canada. Ce rapport affirme qu’en s’attaquant aux racines de l’itinérance comme le logement abordable, le revenu, la sécurité alimentaire, la discrimination et la violence nous pourrons prévenir le cycle de la pauvreté et de l’itinérance que vivent les familles et éventuellement éliminer le besoin de Priorité au logement. De plus, les systèmes complexes et services fournis aux familles vivant dans la pauvreté ou l’itinérance doivent être mieux coordonnés. Ceci inclus les programmes d’aide au revenu, l’éducation, la protection de l’enfance et les logements sociaux. Il est à noter que le manque de services généraux a entraîné une baisse du succès auprès des finissants de Priorité au logement et autres participants aux programmes. Pour aider ceux à risque et leur fournir des opportunités d’échapper au cycle de l’itinérance, ces services doivent être soutenu et implémentés de façon à concorder avec les besoins uniques des familles qui font face à l’itinérance. Pour le démontrer, ce rapport présente des recherches qualitatives d’entretien avec les participants de Priorité au logement et les travailleurs de tout le pays. Cette analyse de fond identifie les barrières les plus communes, les défis auxquels font face ces deux groupes et jette un regard sur les solutions à long terme.
03/04/2015 - 03:00
node/35902
besoin de gestion de cas en vue d’améliorer la sensibilisation au sujet de l’hépatite chez les sans-abri adultes
Les sans-abri sont plus susceptibles d’être exposés à l’hépatite B ou C. Un grand pourcentage n’est peut-être pas conscient d’avoir contracté le virus, ce qui pose un danger pour eux-mêmes et les autres. Les gestions de cas ont réussi à veiller à ce que les gens soient conscients de leur exposition. 
02/20/2015 - 12:32
node/35898
Les tendances actuelles concernant les jeunes sans abri à Toronto
Les jeunes se retrouvent à la rue principalement pour des raisons qui sont au-delà de leur contrôle et ils sont obligés d’affronter des situations dangereuses et menaçantes. Il y a des tendances claires dans les façons dont les jeunes deviennent des sans-abri ou quittent la rue. Pour la plupart, les jeunes deviennent des sans-abri parce qu’ils n’ont pas d’autre choix : ils sont mis à la porte, ils tentent d’échapper à des situations abusives, ou ils sont libérés d’un placement familial.
02/20/2015 - 12:16
node/35897
Réforme de l’éducation des élèves sans-abri
Les enfants représentent la démographie des sans-abri qui connaît la plus forte croissance aux États-Unis, et ils sont susceptibles d’ échouer à l’école que les enfants qui ont un logis.
02/20/2015 - 12:15
node/35796
Défis et conditions de l’accompagnement de la sortie de la rue
Comment comprendre que des programmes d’intervention aident certains jeunes à sortir de la marginalité, mais qu’ils ne représentent pas une aide significative pour d’autres ? Comment expliquer que certains jeunes soient demandeurs d’une aide, alors que d’autres, apparemment dans la même situation, semblent fuir toute relation d’aide ? À partir d’une recherche menée auprès de jeunes sortis de la rue, l’article montre que l’accompagnement de la sortie de la rue ne peut faire l’impasse sur le sens que les jeunes accordent à la relation d’aide, en fonction des attentes de reconnaissance qu’ils ont. Il propose de lire les enjeux qui se jouent aussi bien dans la demande que dans la non-demande d’aide sous leurs différentes formes, à la lumière des trajectoires spécifiques des jeunes.
02/11/2015 - 16:19
node/35766
Lutter contre le sans-abrisme dans le cadre du Semestre européen 2014
Dans ce rapport, nous essayons de voir dans quelle mesure le Semestre européen consigne et soutient les efforts des Etats membres pour lutter contre le sans-abrisme dans le contexte de la stratégie Europe 2020. Ce rapport rassemble les éléments d’analyse de la FEANTSA réalisés au cours du semestre 2014 afin de tirer des conclusions sur la manière dont différents éléments permettent d’orienter, de contrôler et de soutenir les Politiques de lutte contre le sans-abrisme des Etats membres. Cette analyse est principalement axée sur les rapports et les recommandations dans le domaine de la pauvreté et de l’inclusion sociale, plutôt qu’au niveau plus large de la coordination macroéconomique et budgétaire. Cette dernière joue toutefois un rôle important pour déterminer le contexte de la lutte contre le sans-abrisme. Ce rapport est basé sur les contributions des membres de la FEANTSA et constitue une comparaison entre les analyses et les rapports sociaux dans le cadre du Semestre et la réalité de l’évolution des politiques en matière de sans-abrisme et vis-à-vis des sans-abri. La FEANTSA espère que ce rapport permettra d’influencer la manière dont les décideurs politiques au niveau de l’UE et dans les Etats membres s’engagent dans le cadre du Semestre et s’attaquent au sansabrisme dans le cadre de leurs efforts pour lutter contre la pauvreté et dans le contexte de programmes de réformes structurelles plus larges.
02/11/2015 - 13:58
node/35763
Directives relatives à la recherche avec des personnes sans abri
L’Université York a énoncé des politiques relatives à la recherche avec des participants humains. Cette politique s’applique à tout le corps professoral et à toutes les bibliothèques de l’université. L’objectif de cette politique est de protéger le chercheur, le participant à la recherche et l’université, et d’assurer le respect des droits et responsabilités des parties respectives au cours de la recherche. Le Comité de revue des participants humains (Human Participants Review Committee, HPRC) a pour mandat de s’assurer que toute recherche impliquant des participants humains est conforme aux directives mises en place par l’université. Le Sénat de l’Université York exige que ses chercheurs respectent la sécurité, le bien-être et la dignité des participants humains dans le cadre de leur recherche et qu’ils les traitent de façon juste et équitable et non comme un moyen d’arriver à leur but. L’université attache une grande importance à la liberté académique de ses chercheurs et le processus d’évaluation éthique ne censurera pas injustement les chercheurs dont les points de vue ne sont pas orthodoxes. Toutefois la liberté académique s’accompagne de l’exigence du respect des droits des participants humains. Le cadre de référence principal de l’université est l’énoncé de politique des trois Conseils (EPTC) (CRSNG, CRSH et IRSC) : Éthique de la recherche avec des êtres humains. Les directives suivantes s’appliquant à la recherche avec des personnes sans abri ont été élaborées dans un effort continu de raffinement et d’interprétation pour refléter les changements dans les méthodes de recherche, les contextes et les cultures. Les directives de recherche sur l’itinérance ont été élaborées en tenant compte des facteurs suivants : a) les personnes sans abri sont par définition marginales et sont régulièrement victimes d’exploitation, elles doivent donc être traitées avec une considération particulière, et b) certaines sous-populations sans abri (jeunes de la rue, personnes atteintes de maladies mentales par exemple) peuvent présenter des défis spéciaux pour la recherche et pourraient nécessiter une plus grande protection. Ces directives ont été élaborées pour essayer non seulement de protéger les participants humains mais aussi pour assurer que la recherche avec des personnes sans abri se fasse d’une manière respectueuse qui reconnaît la situation particulière dont souffrent les personnes sans abri de façon à réduire les risques pour les participants à la recherche et pour garantir les grands principes déontologiques essentiels de recherche. Ces directives complètent celles énoncées par le Comité de revue des participants humains de l’Université York, l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains, et Ethical Guidelines for Conducting Research Involving Homeless people (2004) (Directives déontologiques relatives à la recherche avec des personnes sans abri) du Gouvernement du Canada. York University has formulated policies for conduct of research involving human participants. This policy applies to all Faculties and the Libraries of the University. This policy is intended to serve as joint protection for the researcher, the study participant and the University in order to ensure attention to various rights and responsibilities of the respective parties to the research endeavour. The Human Participants Review Committee (HPRC) is responsible for ensuring that research involving human participants is consistent with the guidelines set by the University. The Senate of York University affirms that researchers must respect the safety, welfare, and dignity of human participants in their research and treat them equally, fairly, and not as a means to an end. The University values the academic freedom of its researchers, and the ethics review process shall not unfairly censor researchers who support unorthodox views. However, academic freedom is complemented by the requirement to respect the rights of human participants. The University's principal reference is the Tri-Council (SSHRC, NSERC, CIHR) Policy Statement (TCPS): Ethical Conduct For Research Involving Humans. The following guidelines for conducting research with people who are homeless have been developed in acknowledgment of the need for continuing interpretation and refinement of applicable policies to account for changes in research methods, contexts and cultures. Guidelines for conducting homelessness research have been developed in recognition that: a) people who are homeless are by definition a marginalized population that routinely experiences exploitation, and thus are in need of special considerations, and that b) certain sub-populations of the homeless (street youth, the mentally ill, for instance) may present special challenges for research and as a consequence require added protections. These guidelines have been developed in an effort to not only protect human participants, but to ensure that research with people who are homeless is conducted in a respectful manner that recognizes the special circumstances endured by people without housing. The following guidelines are in place to ensure respectful encounters with people who are homeless, minimize risk to research participants and are in keeping with the cardinal principles of ethics in research. These guidelines complement and build on those outlined by York University’s Human Participants Review Committee, the Tri-Council Policy Statement: Ethical Conduct for Research Involving Humans, and the Government of Canada’s Ethical Guidelines for Conducting Research Involving Homeless People (2004).
02/11/2015 - 10:16
node/35680
Dignité pour touTEs : un plan anti-pauvreté national pour le Canada
Le plan se fonde sur le postulat que la pauvreté est une violation des obligations du Canada quant aux droits de la personne. Il offre un aperçu de ce que cela veut dire pour les gouvernements qui élaborent des politiques et des programmes conçus dans le but de contrer la pauvreté. Le plan fait valoir qu’il faut aborder la pauvreté au Canada en se concentrant sur six sphères différentes :  la sécurité du revenu le logement et le sans-abrisme  la santé  la sécurité alimentaire  l’éducation et la protection de la petite enfance, et  le travail et l’emploi Les recommandations relatives aux politiques dans ce plan anti-pauvreté ont été formulées à la suite d’un processus exhaustif d’engagement communautaire réalisé par la campagne Dignité pour touTEs, qui a réuni des universitaires et des experts de pointe issus d’organismes d’élaboration de politiques sociales, de mouvements anti-pauvreté provinciaux et territoriaux, d’associations nationales, de groupes confessionnels, de syndicats ainsi que d’organismes offrant des services de première ligne. À partir de ressources limitées, la campagne a tenu six sommets sur les politiques sociales lors desquels les participants ont élaboré des recommandations précises pour chacun des secteurs ci-dessus mentionnés. Ces recommandations font partie de ce document.
02/04/2015 - 16:29
node/35576
Accès aux soins palliatifs pour les sans-abri de Toronto
Les sans-abri de Toronto doivent faire face à un taux de maladies chroniques et de décès plus élevé. Ils ne bénéficient pas de services de soins palliatifs suffisants. Les individus ont besoin de programmes de services dans des contextes variés pour soutenir leurs choix de fin de vie.
01/24/2015 - 15:40
node/35575
Mesurer la qualité de vie des adultes et des jeunes vivant l’itinérance
Ceux qui vivent l’itinérance ont des besoins différents et une compréhension différente de ces besoins comparativement aux personnes logées. La perception de l’itinérance est souvent basée sur des stéréotypes. Cela peut être difficile pour les adultes et les jeunes qui essaient de surmonter des situations pénibles avec peu de soutien et beaucoup d’opposition. La mesure de la qualité de vie tente de comprendre les perceptions du bien-être. Pour comprendre comment la qualité de vie peut être améliorée, il est important de comprendre les différents thèmes qui sont soulignés par les individus dans des circonstances semblables. 
01/24/2015 - 15:38
node/35572
Accès à l’éducation pour les jeunes femmes vivant l’itinérance
Les jeunes femmes qui vivent l’itinérance ont hâte de reprendre leurs études. Il y a davantage de chances que cela se passe lorsqu’une gamme de soutiens leur est offerte par les agences et qu’un soutien à long terme leur est fourni par le personnel des écoles. Les efforts visant à faciliter l’accès à l’éducation aux filles qui ont vécu dans la rue doivent tenir compte du besoin de méthodes d’apprentissage qui valorisent leur expérience personnelle. 
01/24/2015 - 15:30
node/35571
Les réseaux sociaux et la consommation excessive d’alcool chez les jeunes sans-abri
Les gens sont influencés par les personnes avec lesquels ils interagissent régulièrement. Cela comprend les amis et la famille. Les jeunes qui vivent l’itinérance présentent davantage de risques d’abus de substances, et dans le cas de cette étude, de consommation excessive d’alcool. La consommation excessive d’alcool peut entraîner des risques de santé immédiats et à long terme. Les risques immédiats incluent une augmentation des comportements dangereux tels que des risques sexuels plus élevés. Les problèmes de race et d’itinérance chez les jeunes ne sont en général pas abordés dans la recherche. Il est aussi important de comprendre les différentes raisons pour lesquelles les jeunes s’adonnent aux substances si l’on veut créer des programmes qui répondent à leurs besoins. 
01/24/2015 - 15:28
node/35570
Augmenter les vaccinations contre l’hépatite B parmi les populations sans-abri
Lles sans-abri courent de plus grands risques de contracter le virus de l’hépatite B (VHB). La moyenne des cas du VHB au États Unis est de 2,9 pour 100 000 cas. Une étude constituée des sans-abri affectés par une maladie mentale ou la consommation de drogues a démontré que 32,5 % avaient testé positif pour le VHB. L’hépatite B peut être enrayée grâce à une série de 3 doses de vaccin. Celles-ci doivent être administrées par intervalles pendant une période de 6 mois. Cette période et le nombre de doses en compliquent la réussite pour les sans-abri. 
01/24/2015 - 15:26
Subscribe to RSS