Évaluation coordonnée

Évaluation coordonnée

L’admission coordonnée (également appelée Évaluation coordonnée et, au Royaume-Uni, Évaluation commune) est un élément clé de la prestation d’interventions précoces intégrées et orientées auprès des personnes et des familles qui risquent de devenir itinérantes. Il s’agit d’une approche normalisée de l’évaluation de la situation actuelle d’une personne, de la gravité de ses besoins, et des services qu’elle reçoit actuellement et pourrait nécessiter à l’avenir, qui tient compte des circonstances contribuant au risque et à la résilience, de l’évolution du degré de gravité et du rôle que jouent les amis, la famille, les aidants, la collectivité et les facteurs environnementaux par rapport au développement de la personne et à sa capacité à progresser dans la vie. Aux États-Unis, la National Alliance to End Homelessness affirme qu’une évaluation coordonnée appuie une réponse plus efficace et efficiente à l’itinérance en réalisant ce qui suit :

  • aider les personnes à avancer plus rapidement dans le système (en réduisant la quantité de temps consacrée à passer d’un programme à un autre avant de trouver celui qui leur convient);
  • réduire le nombre de personnes qui deviennent itinérantes (en offrant constamment, dès le début, des ressources de prévention et de contournement, afin de réduire le nombre de personnes qui entrent dans le système inutilement);
  • améliorer la collecte et la qualité des données et fournir des renseignements exacts sur le type d’aide dont les consommateurs ont besoin. (Coordinated Assessment Toolkit de la NAEH).

La clé de l’évaluation coordonnée est de l’utiliser comme un processus applicable à l’ensemble du système afin que les organismes utilisent le même cadre et le même instrument d’évaluation pour normaliser les pratiques actuelles et fournir des renseignements complets et cohérents sur les clients. Aux États-Unis, des chercheurs ont défendu l’évaluation coordonnée comme étant la clé d’une prévention efficace et des programmes de relogement rapide. Si une collectivité a adopté une approche des « systèmes de soins », des mesures doivent être prises pour que les organismes et les fournisseurs* puissent échanger leurs renseignements et réduire le dédoublement des évaluations et permettre une gestion de cas efficace, afin que les clients accèdent rapidement aux services les plus adaptés à leurs besoins. Alors que l’évaluation commune signifie que tous les organismes utilisent le même outil, l’admission centralisée désigne donc, elle, une mise en commun des renseignements auxquels les différents fournisseurs ont accès. Cela facilite la coordination des systèmes et signifie que les personnes qui accèdent aux services n’auront pas à raconter plusieurs fois leur histoire (et il faut se souvenir que ces histoires peuvent être difficiles à partager sur le plan émotionnel (traumatisantes) ou stigmatisantes (statut LGBTBA, implication dans des activités criminelles, problèmes de santé mentale, etc.). Cela est important, car les personnes itinérantes dans les grandes villes se plaignent souvent de devoir raconter de nouveau leur histoire à leur admission dans chaque nouvel organisme.

Trousse d’outils d’évaluation coordonnée

La NAEH a élaboré cette trousse d’outils pour aider les collectivités à planifier, à mettre en œuvre et à évaluer un système d’évaluation coordonné. La trousse d’outils est conçue pour permettre aux collectivités individuelles de modifier et d’adapter les outils à leurs besoins particuliers. La trousse d’outils comprend les composantes suivantes :

Planification et évaluation

Données et mise en œuvre

Évaluation

Exemples et documents de la collectivité

Common Assessment Framework for Youth (Royaume-Uni)

Le Common Assessment Framework (CAF) a été conçu comme un outil d’évaluation générique devant être utilisé par les praticiens des différents secteurs en Angleterre. Le CAF vise à : « aider les praticiens qui travaillent avec des enfants, des jeunes et des familles à évaluer les besoins supplémentaires des enfants et des jeunes en matière de services plus précoces et plus efficaces, et à élaborer une compréhension commune de ces besoins et de la façon de collaborer ensemble à leur réalisation ». On considère qu’il s’agit d’un outil clé de la coordination des services. L’idée est que toute personne qui travaille avec des jeunes doit connaître le CAF et la façon dont il doit être appliqué. Le CAF est fondé sur Every Child Matters – Change for Children, un cadre national qui aide les collectivités locales à élaborer des soutiens efficaces et intégrés pour les enfants et les jeunes adultes. Le CAF comprend :

  • une liste de vérification préalable à l’évaluation qui aide à déterminer qui tirerait parti d’une évaluation commune;
  • un processus permettant aux praticiens qui travaillent auprès des enfants et des jeunes de comprendre l’évaluation commune et de prendre des mesures en fonction des résultats;
  • une forme normalisée de l’enregistrement de l’évaluation;
  • un plan de prestation et un formulaire d’examen;

Lorsqu’elle est reliée à la stratégie de gestion des cas (voir ci-dessous), l’évaluation aide à cerner les besoins et à coordonner les interventions. La mise en œuvre du CAF a été difficile dans certaines administrations, en raison de problèmes de capacité et de ressources. Toutefois, les évaluations du CAF ont démontré des résultats positifs en matière de services, dont une amélioration en raison « de la collaboration entre plusieurs organismes, de l’échange de renseignements et de la réduction des taux de renvoi aux autorités locales ».

Admission centralisée

L’évaluation coordonnée est souvent soutenue par une forme d’admission centralisée ou de point d’entrée unique, qui pourrait être le premier abri d’urgence où se rend une personne, une installation d’évaluation spécialisée ou un modèle dispersé dans lequel les personnes entrent en contact avec les travailleurs clés du système, des écoles, de la collectivité ou des services sociaux. L’offre rapide de renseignements et de soutiens aux personnes et aux familles est essentielle, car les éducateurs et autres fournisseurs de soin pourraient ne pas identifier facilement les personnes et les familles au moment de la crise. L’admission centralisée exige l’utilisation d’une évaluation commune et la centralisation des renseignements recueillis pour que plusieurs fournisseurs de services puissent y avoir accès. On fait valoir que les services de réponse à l’itinérance deviennent moins fragmentés, que l’accès est plus fluide et que les ressources limitées sont utilisées de façon plus efficace. Dans le contexte américain, l’admission et l’évaluation centralisées sont souvent réalisées au moyen du système HMIS et le soutiennent. L’admission centralisée était l’une des exigences clés du projet de démonstration du programme Rapid Re-Housing for Families de HUD réalisé en 2008.

Plusieurs collectivités du Royaume-Uni ont lancé la collecte de renseignements et la réalisation d’évaluations à partir d’un « point d’accès unique », une façon simple d’accéder au centre (par téléphone ou Internet) qui permet aux personnes d’obtenir les renseignements, les soutiens et l’accès aux services nécessaires. Ce système est fondé sur une stratégie de communication solide pour que les personnes et les familles connaissent son existence (par l’intermédiaire des écoles et des centres communautaires, par exemple), un bon système d’évaluation (comme le CAF) et des liens solides entre les organismes et les services, tant au sein du secteur de l’itinérance qu’en dehors de celui-ci. À titre de service de « triage » et de centre d’échange d’information, un service de point d’accès unique assure la cohérence de l’évaluation, la réduction du chevauchement des efforts et une évaluation améliorée et efficace de l’adéquation des services.

Aux vues des avancées technologiques, les principes de base du « point d’accès unique » pourraient être assurés de façon moins décentralisée grâce à des soutiens en ligne et à une gamme plus diverse d’organismes et de services. Une telle approche exigerait un cadre d’évaluation commun, un système commun de gestion des données et une stratégie de communication et de promotion. Dans l’idéal, elle serait mise à disposition dans les écoles, les centres communautaires et les autres lieux fréquentés par les jeunes.

DE : Gaetz, S. (2014). Coming of Age - Reimagining the Response to Youth Homelessness in Canada. Homeless Hub Research Report Series

________________________________________

* Pour permettre cela, les collectivités doivent obtenir le consentement des clients et régler les questions liées à la protection des renseignements personnels aux niveaux juridique et organisationnel.