Plans communautaires

Plans communautaires

Dans le cadre de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance du gouvernement du Canada (anciennement appelée Initiative nationale pour les sans-abri), le pays a été divisé en 61 collectivités désignées à des fins administratives. Il y a 61 collectivités désignées dans le pays, 10 dans des zones municipales de grande taille, et 51 dans des zones rurales ou de plus petite taille. Les fonds du programme fédéral sont distribués à ces collectivités par l’entremise du modèle de l’entité communautaire en vertu duquel la collectivité (en général une organisation constituée) est chargée de l’administration des fonds du programme. Dans certains cas, les entités communautaires étaient des gouvernements locaux (Toronto), dans d’autres cas, d’autres modèles ont été utilisés (Calgary Homeless Foundation). Les entités communautaires ont été soutenues dans leur travail par des OCC (organes communautaires consultatifs).

Afin de soutenir les objectifs, les entités communautaires ont dû établir un plan communautaire, en consultation avec les fournisseurs de services, les autres ordres de gouvernement, le secteur sans but lucratif et les autres intervenants. Les plans ont été conçus pour que les collectivités puissent cerner les priorités relatives à la réduction et à l’élimination de l’itinérance grâce à des plans d’action, l’établissement des priorités et l’analyse des lacunes.

Le processus de planification établi par les « plans communautaires » de la SPLI est utilisé par de nombreuses collectivités pour déterminer leurs priorités stratégiques. De nombreuses autres collectivités établissent des processus de planification indépendants et utilisent la planification communautaire de la SPLI uniquement à titre de mécanisme de production de rapports à l’intention de leur fournisseur de fonds (SPLI). Les collectivités désignées doivent démontrer dans leur plan que les autres partenaires fourniront une contribution correspondante. Il est essentiel de noter que dans de nombreuses collectivités, le financement fédéral ne constitue qu’une petite part de l’investissement total dans la lutte contre l’itinérance. Les plans ont été examinés par la SPLI pour s’assurer que les projets étaient admissibles à un financement par l’INSA, et une fois approuvés, ils ont été publiés.