Populations spécifiques

Populations spécifiques

Nous risquons tous de devenir itinérants. La perte d’un emploi, un incendie, une catastrophe naturelle ou la fin d’une relation engendrent tous le risque de perdre son logement et de devenir itinérant. Pour la plupart des personnes, ce sont les facteurs structurels qui contribuent le plus au fait qu’elles deviennent itinérantes, même si les antécédents personnels et les caractéristiques individuelles jouent également un rôle. Les facteurs structurels comprennent : l’écart grandissant entre les riches et les pauvres ; le manque de logements abordables ; la faible quantité d’assistance sociale et d’autres soutiens au revenu ; les faibles taux de vacances; la discrimination (notamment le racisme, le sexisme, l’homophobie et l’âgisme). Les antécédents personnels et les caractéristiques individuelles comprennent : les événements catastrophiques; la perte d’emploi; la séparation de la famille; les problèmes de santé physique ou mentale; la consommation de substances par la personne ou par les membres de sa famille; les antécédents de violences physique, sexuelle ou émotionnelle; la participation actuelle ou antérieure au système de protection de l’enfance. L’itinérance existe dans toutes les collectivités du pays, même si elle n’est pas visible.

L’itinérance est vécue différemment par différentes populations. Par exemple, les « travailleurs pauvres » et les familles monoparentales comptant des enfants vivent souvent dans des logements insalubres ou surpeuplés. Elles n’ont pas les moyens de vivre dans un logement décent en payant leurs factures, notamment la nourriture, les soins de santé, les vêtements et le transport. Ce groupe fait souvent partie de la population des itinérants cachés; chaque nuit au Canada, environ 50 000 personnes sont considérées comme des itinérants cachés.

Dans cette section, les difficultés auxquelles font face différentes sous-populations sont décrites. Nous espérons vous aider à comprendre les besoins uniques auxquels font face les personnes itinérantes, notamment les jeunes, les aînés, les familles comptant des enfants, les nouveaux arrivants, les communautés racialisées, les membres de la communauté LGBTBA, les personnes autochtones, les femmes et les hommes.

La compréhension de la variété des facteurs pouvant engendrer l’itinérance n’est pas simple si l’on tient compte de l’hétérogénéité de la population. Beaucoup de chemins mènent à l’itinérance et permettent d’en sortir. On dit souvent que le seul point commun entre les personnes itinérantes est qu’elles n’ont pas de logement sûr et abordable. La collecte de données démographiques pertinentes et valides est un facteur essentiel de l’élaboration de programmes adaptés et pertinents. Les fournisseurs de services et les chercheurs reconnaissent de plus en plus que la compréhension des différentes difficultés des sous-populations et l’offre de soutiens et de services répondant à ces besoins aideront à améliorer les solutions visant à mettre fin à l’itinérance.

AUTEURE : Gulliver, Tanya (2014) Homeless Hub.